Un détenu prend en otage un employé de la Sodexo au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan

Un détenu de 35 ans a retenu un technicien de la Sodexo ce matin dans l'enceinte du centre pénitentiaire landais. Il a menacé de l'égorger avec la lame en féraille d'une bouche d'aération qu'il avait réussi à démonter. Les gardiens ont réussi à le maîtriser.

Par CA

C'est le journal Sud-Ouest qui a révélé l'information cet après-midi, confirmée par le syndicat FO pénitentiaire.
 


Il est environ 10 heures quand ce détenu, arrivé le week-end dernier au centre de Mont-de-Marsan, agresse un employé de la Sodexo.

Il revenait de l'infirmerie. "Les détenus ne sont pas forcément accompagnés dans leurs déplacements au sein de l'établissement" explique Fabrice Cologni, le délégué FO.


Une prise d'otage de quelques minutes



"Il s'est jeté sur ce technicien et l'a menacé avec une bouche d'aération métallique qu'il lui a placé sous la gorge. La lame en féraille est très tranchante, il aurait pu y passer. Il est très choqué" ajoute Fabrice Cologni.

La Sodexo est mandatée pour assurer la maintenance et l'entretien des bâtiments de la prison. C'est ce qu'était venu faire ce technicien.

L'agression s'est déroulée sous les yeux de deux gardiens auxquels le détenu a réclamé l'ouverture des grilles pour s'évader.

Mais les deux hommes ont réussi à donner l'alerte. L'agresseur a été maîtrisé grâce à l'intervention d'une dizaine de surveillants.
 


"C'est une prise d'otage qui n'a duré que quelques minutes" témoigne Fabrice Cologni, "mais c'est le risque dans les prisons, les détenus sont imprévisibles" nous dit-il. "La problématique de notre métier c'est de ne pas tomber dans la routine et de rester constamment vigilants". 
 

FO demande le tranfert du détenu


"Cet homme n'a rien à faire chez nous" dénonce le syndicaliste qui pointe un grave problème d'alcool chez cet individu. "Il aurait d'abord dû être soigné. Ici il refuse de prendre ses médicaments, il est agressif, très agité et très compliqué à gérer". 

"Il faut absolument qu'il soit transféré c'est la règle quand ce genre de choses arrive"
affirme t-il. 

Le détenu a été conduit au quartier disciplinaire dans l'attente d'être jugé par la commission de discipline.

"Il risque le maximum, 30 jours de quartier disciplinaire" selon Fabrice Cologni.







 

Sur le même sujet

Les + Lus