• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

A Rion-des-landes, des bousculades ont éclaté entre gendarmes et anti-corridas lors de la Fiesta Campera

Affrontements ce dimanche matin à Rion-des-Landes entre gendarmes et anti-corridas
Affrontements ce dimanche matin à Rion-des-Landes entre gendarmes et anti-corridas

Une centaine d'opposants à la corrida s'est rassemblée autour des arènes de Rion-des-Landes avant le coup d'envoi du spectacle taurin. Des échauffourées ont éclaté en marge de la manifestation. Quatre personnes ont été interpellées. Elles ont ensuite été remises en liberté. 

Par Héléne Chauwin avec l'AFP

Elles avaient été arrêtées notamment pour port de bombe lacrymogène, de chaîne et pour tentative de voie de fait sur un membre des forces de l'ordre.
Manifestation anti taurine à Rion des Landes

Les manifestants avaient prévenu. Ils s'étaient donnés rendez-vous via les réseaux sociaux.  Dans la matinée, ils se sont retrouvés autour des arènes de Rion-des-Landes. Et ils ont  scandé des slogans hostiles à la corrida, comme "Corrida, basta!", "La torture n'est pas une culture", pendant les deux heures du spectacle taurin.
Une quinzaine de militants, mêlés aux 2.000 spectacteurs, ont très brièvement perturbé le début de la corrida. Ils avaient enfilé des tee-shirts épelant l'inscription "Corrida abolition". ils ont été évacués par les gendarmes.


 / © Patrick Pannier
/ © Patrick Pannier



Un peu plus tôt, des militants s'étaient couchés sur la route pour empêcher le passage d'un camion transportant des vaches jusqu'au festival taurin. Eux aussi avaient été délogés par les forces de l'ordre.

Pour la "Fiesta campera" de Rion-des-Landes ce dimanche, les militaires étaient mobilisés en nombre : 130 CRS et 80 gendarmes avaient quadrillé le secteur.  
Le festival taurin marque la fin de la saison tauromachique du Sud-Ouest. Il avait lieu cet automne sous une certaine tension. Lundi, un incendie criminel s'est déclaré dans les arènes.  Il n'a pas été revendiqué. Les associations anti-corrida s'en étaient formellement désolidarisées, mais les milieux pro-corrida avaient pour leur part pointé du doigt les anti-taurins. Ils redoutaient "une escalade".
Incendie criminel contre les arènes de Rion-des-Landes / © France 3 Aquitaine
Incendie criminel contre les arènes de Rion-des-Landes / © France 3 Aquitaine


Le 26 août dernier, Rion-des-Landes avait déjà été le théâtre d'incidents. Une manifestation d'anti-taurine avait dégénéré, et fait huit blessés. 

L'appel à manifester ce dimanche n'avait pas été endossé par les groupes anti-corridas établis (Crac, Flac, Animaux en Péril) et aucune demande n'avait été déposée en préfecture.

Cette semaine, le maire de Rion-des-Landes avait pris un arrêté municipal interdisant toute manifestation dans un périmètre de 200 mètres autour des arènes, à l'accès desquelles les spectateurs étaient fouillés.

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus