Monde rural : la disparition des petits commerces en Lot-et-Garonne

Les commerces continuent à disparaître dans les villages et les petites villes. Le Mas d'genais, 1500 habitants, en est un exemple. Le bureau de tabac et une épicerie ont fermé leurs boutiques le 29 décembre dernier.
 

L’hiver est rude à la campagne et les après-midi peuvent parfois paraître longs.
Ce n’est pas la boulangère du Mas d’Agenais qui dira le contraire.

A cette période de l’année, les clients achètent le pain le matin. Après, les portes sont closes.
«Y’a pas trop de passage dans le village ».

La commune est victime de la désertification.
Les habitants déplorent cette situation.
« On a déjà perdu des médecins. Maintenant il faut aller à Casteljaloux ou Tonneins et ça continue ».

L’année 2019 débute avec la fermeture de deux magasins : le tabac et l’une des deux épiceries.

« On était habitué à avoir une vraie animation commerciale, c’est un sacré vide ».

Et pourtant la commune a gagné des habitants lors du dernier recensement. Mais les prix un peu plus élevés, les problèmes de stationnement et l’installation de zones commerciales en périphérie n’incitent pas les résidents à consommer dans leur commune.

Au Mas d’Agenais, il reste encore une épicerie. Sa responsable ne croit pas augmenter son chiffre d’affaires malgré la fermeture de son concurrent. « Avant, on arrivait à tirer notre épingle du jeu le dimanche. Maintenant le dimanche, les grandes surfaces restent ouvertes, voilà ! ».

 
Au Mas d’Agenais, les habitants sont fatalistes



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société économie