VIDÉO. Des matériaux de construction à des prix défiant toute concurrence dans une brocante

durée de la vidéo : 00h01mn27s
Une brocante pour acheter des matériaux de construction à bas prix en Lot-et-Garonne ©France télévisions

Recycler plutôt que jeter et reconstruire. À Damazan en Lot-et-Garonne, un groupement d'entreprises du bâtiment organise une braderie. L'occasion pour les particuliers bricoleurs de trouver des matériaux et des fournitures à prix cassés.

C’est la toute première édition de la Brocante aux matériaux en Lot-et-Garonne. Les acheteurs du jour n’en reviennent pas. " Dix-sept euros au lieu de trente, il n'y a pas photo ! " confie un père de famille qui restaure sa maison. Un peu plus loin, un jeune homme est venu avec son père, une remorque attelée à la voiture. À l’intérieur, de quoi refaire les sols de deux chambres pour moins de 300 €.

Un procédé gagnant-gagnant

"C’est bien moins cher ! C’est très intéressant, en temps normal quand on va dans des grandes surfaces ou chez des professionnels, on est plus sur quinze euros, vingt euros le mètre carré. Tout augmente, tout est trop cher, on essaie de jouer sur la concurrence et de voir ce qui est adapté à notre portefeuille".

Du carrelage, du lino, des parquets, du mobilier de salles de bain, des tuiles, les rayons sont pleins dans cet entrepôt de Damazan. Ces produits proviennent des entreprises. On appelle cela les queues de chantiers. Au lieu de les stocker et de les jeter, ces matériaux sont vendus à petit prix pour être réemployés.

"L’intérêt pour nous, c’est aussi de faire un grand nettoyage, confie cette dame à la tête d’une société. Le but, c’est de faire la place. Ce sont des retours de chantier. On a l’obligation de les garder pendant un an, au cas où il se passerait quelque chose, il y a une garantie, et après ces produits que l’on a stockés, autant en faire profiter des gens plutôt que de les jeter à la benne, ça peut toujours intéresser quelqu’un !"

Développer l’économie circulaire

Le réemploi des matériaux est un enjeu est de taille dans le secteur du bâtiment. La filière est grande consommatrice de ressources. Elle génère, à elle seule, plus de 40 millions de tonnes de déchets chaque année, c’est-à-dire "l’équivalent de la quantité annuelle de déchets produits par les ménages", comme le rappelle le ministère de la Transition écologique.

Un constat partagé par Michel Masset. Il dirige le syndicat de valorisation des déchets Valorizon : "dans notre site d’enfouissement, nous avons 60 % des déchets qui ne devraient pas s’y trouver et dont une partie sont des déchets liés au bâtiment. Notre volonté, c’est de recycler et de redonner vie à des produits. Ils peuvent être réutilisés, réemployer par un public différent à un prix attractif, et cela fait connaître l’entreprise, c’est bon pour tout le monde !"

La brocante a refermé ses portes, mais avec l’idée, qu’un jour peut-être, une « matériauthèque » pourrait voir le jour à l’échelle du département du Lot-et-Garonne

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité