L’armée déployée dans le Lot-et-Garonne pour faire face à la crise sanitaire du coronavirus

La Préfecture de Nouvelle-Aquitaine a annoncé le déploiement de militaires dans le Lot-et-Garonne notamment. Une présence logistique de soutien et de protection des populations dans le cadre de l’épidémie de Coronavirus.
© Pierre HECKLER/MAXPPP
De mémoire de Commandant, la manoeuvre est inédite.

Au téléphone, Jean-Luc Le Roux, délégué militaire départemental adjoint du 47, nous détaille les modalités de l’opération Résilience dans son département.
Cette semaine, plusieurs militaires vont être déployés en Lot-et-Garonne. Une première, que le département doit certainement à son statut de foyer initial de la contagion en Nouvelle-Aquitaine.

Dans le jargon militaire, cette présence se justifie par « les 4 i » : quand les moyens sont devenus insuffisants, inexistants, indisponibles ou inadaptés.

On rentre dans ce cadre de mission 
Commandant Le Roux


Dans le courant de la semaine, les hommes vont investir de nouvelles missions : d’abord protéger et surveiller des installations stratégiques. Les hôpitaux, celui d’Agen en tête, seront concernés ou encore certains centres commerciaux si la situation venait à se tendre dans les prochaines semaines autour des denrées alimentaires.
Les lieux de stockage de médicaments ou de matériel médicaux seront aussi concernés. Les regards se tournent vers les sites de production de paracétamol UPSA, basés dans l’agglomération agenaise.
 
L'usine UPSA d'Agen
L'usine UPSA d'Agen © Thierry Suire MAXPPP


Appui logistique des militaires

Un appui logistique pourrait également être imaginé, à l’image des transferts de patients effectués à l’aide d’hélicoptères Caïman.
Ou enfin, prêter assistance à la population. En cela, leur mission se distingue du rôle de police des forces de sécurité intérieures exercées pour appliquer le confinement. Pas question pour eux de verbaliser les citoyens.

Les militaires pourraient plutôt être mis à contribution dans le cadre d’opérations de désinfection ou pour organiser des convois logistiques. On pense bien entendu à l'acheminement des masques ou de matériel sanitaire, comme cela a été le cas en Auvergne-Rhône-Alpes.

D’où viendront ces hommes ? Pas de réponse encore du coté des autorités. Certes, Agen abrite le 48eme régiment de transmission.
Mais plusieurs de ces militaires sont déjà déployés en opération extérieures ou sur Sentinelles. Car le dispositif Résilience, voulu par le Chef de l’Etat vient s’ajouter aux missions en cours des militaires.

La vie opérationnelle des unités ne s’arrête pas pour autant.

C'est ce qu'indique le Commandant Le Roux, qui mise sur la grande réactivité des hommes. Il faut le bon dispositif en place au bon endroit et au bon moment.

Nous sommes prêts.

Le chiffre de vingt militaires avancé par la presse quotidienne régionale ne nous a pas été confirmé par la Préfecture du Lot-et-Garonne.

Une certitude en revanche, la mission sera de court terme. L’opération Résilience n’a pas vocation à perdurer après le passage de l’épidémie.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société sécurité armée