Lot-et-Garonne : le moustique tigre en pleine expansion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaux Dubieilh
Le moustique-tigre aussi appelé Aedes albopictus
Le moustique-tigre aussi appelé Aedes albopictus © AFP / EID Méditerranée

Cet été, l'insecte a fait des ravages dans le département, qui a été le premier touché en Nouvelle-Aquitaine par l'invasion de cette espèce venue d'Asie.

Les habitants du Lot-et-Garonne sont excédés : à cause d'un été chaud et pluvieux, les moustiques tigres se sont multipliés, et leur ont rendu la vie infernale. 
durée de la vidéo: 01 min 29
Le moustique tigre possède une capacité d'adaptation très développée.

En France depuis 2004

Si le Lot-et-Garonne est le premier département de la Nouvelle-Aquitaine a avoir été touché par ce fléau vers 2012, le moustique tigre est en fait implanté en France depuis 2004, date de sa première observation par les scientifiques. 

Originaire du sud-est de l'Asie, ce moustique s'est d'abord développé sur tout le pourtour méditérranéen. En Nouvelle-Aquitaine, il est apparu en Gironde, dans les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et la Dordogne entre 2014 et 2015.

Si en Charente et Charente-Maritime, il n'y a pas encore de traces de l'insecte, il est certain que ces départements ne seront pas épargnés. 

Et il faudra s'attendre à une prolifération encore plus importante dans les prochaines années. 

Extraordinaire capacité d'adaptation

En effet, il faudra apprendre à vivre avec ce moustique, trop difficile à éradiquer. Car contrairement à son cousin des marais, le "tigre" se reproduit près des habitations et de l'activité humaine, et pique le jour. 

Il n'a besoin que d'une petite quantité d'eau stagnante pour se reproduire: un simple bouchon de bouteille peut lui suffire. Son rayon d'action n'est que de 250m², mais il est très agressif envers sa proie favorite : l'homme. 

Vecteur de maladies

Si pour l'instant, les seules nuisances de l'insectes sont de grosses piqûres urticantes, il représente un vrai risque sanitaire du fait de sa capacité à transmettre des fièvres tropicales. 

En effet, il peut être vecteur du chikungunya, de la dengue et du zika. Heureusement, pour l'instant seulement quatre cas de chinkungunya ont été déclarés cet été dans le Var. 

En revanche, les autorités sanitaires sont conscientes du risque, et mettent en quarantaine toute personne qui présenterait des symptomes. 

Il faudra cependant réussir à vivre avec cette nuisance, bien décidée à s'installer dans la région. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.