Villeneuve-sur-Lot : Etienne Bousquet-Cassagne reconnait un don "personnel"de l'ex-dirigeant de Bygmalion

Etienne Bousquet-Cassagne, élu municipal Front national (FN) et candidat à des législatives en Lot-et-Garonne, a indiqué lundi avoir bénéficié d'un don de Bastien Millot, ex-dirigeant de la société Bygmalion, pour une campagne électorale en 2012, un don selon lui "personnel", et déclaré.

Etienne Bousquet-Cassagne pendant la campagne des municipales à Villeneuve-sur-lot
Etienne Bousquet-Cassagne pendant la campagne des municipales à Villeneuve-sur-lot
Le jeune élu d'opposition à Villeneuve-sur-Lot a confirmé avoir reçu un don de l'ordre de 4.600 euros de Bastien Millot, l'ex-dirigeant de la société de communication Bygmalion, pour une aide à sa campagne électorale législative en 2012 dans la circonscription de Marmande, une information révélée par le Journal du Dimanche.

"C'est un don personnel d'un particulier à un candidat", a déclaré Etienne Bousquet-Cassagne, rappelant qu'"une entreprise ne peut faire un don à un candidat, c'est interdit".
"Bastien Millot l'a fait à titre amical et non à titre politique", a-t-il ajouté, assurant n'avoir rien à cacher. "Je ne vois pas ce qu'il y a d'extraordinaire à ce qu'un ami puisse faire un don défiscalisé à un autre ami", a-t-il ajouté, rappelant que l'aide correspondait "peut-être à un quart du budget de ma campagne".

Etienne Bousquet-Cassagne a aussi confirmé avoir travaillé pour Bygmalion "de 2011 à 2013, un contrat professionnel dans le cadre de mon BTS (de communication) en alternance". Il a précisé n'avoir jamais caché à Bastien Millot son militantisme au FN.

Cité dans le JDD, Bastien Millot indiquait avoir aidé Etienne Bousquet-Cassagne, "à titre personnel à hauteur de 4.600 euros pour sa campagne de 2012". Concernant le stage de BTS, il précisait que le jeune homme avait aidé Bygmalion "pour des démarches commerciales en Aquitaine, où son père est militant UMP".

Dans ce qui était le fief de l'ancien ministre socialiste du Budget, Jérôme Cahuzac, contraint à la démission pour avoir menti sur une fraude fiscale, Etienne Bousquet-Cassagne, un des élus symbolisant à 24 ans la jeune garde du parti de Marine le Pen, avait aussi été candidat en 2013 à la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (battu au 2e tour), avant d'être élu au conseil municipal en mars, dans l'opposition.

Bygmalion, dirigée par des proches du président de l'UMP, Jean-François Copé, a été mis en cause par des médias sur un supposé favoritisme, via surfacturations, au détriment du parti. Jean-François Copé et Bygmalion ont attaqué Le Point en diffamation. Une filiale de Bygmalion, Event&Cie, fait l'objet d'une enquête préliminaire du Parquet de Paris pour faux, abus de biens sociaux et abus de confiance.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique rassemblement national