• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Marine le Pen présente ses voeux devant le “Grand Siège de la Rochelle”

Marine Le Pen a présenté ses voeux aux Français samedi 31 décembre 2016 sur son compte twitter / © Capture twitter MLP officiel
Marine Le Pen a présenté ses voeux aux Français samedi 31 décembre 2016 sur son compte twitter / © Capture twitter MLP officiel

La candidate FN à l'élection présidentielle, Marine Le Pen, a présenté ses voeux sur les réseaux sociaux devant une reproduction du tableau de Henri-Paul Motte, le Siège de La Rochelle, représentant le combat de Richelieu contre les Protestants. Un arrière-plan qui interroge. Décryptage.

Par Marine Rondonnier

J'ai besoin de toutes vos forces dans cette grande bataille que nous allons mener ensemble. 

Le choix de Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle 2017, de présenter ses voeux aux Français devant "le cadinal Richelieu au Grand Siège de La Rochelle" n'est pas anodin. Ce tableau, réalisé par Henri-Paul Motte en 1881, représente le cardinal Richelieu, les bras croisés face à la mer, constatant la défaite de la flotte britannique venue aider les insurgés protestants de La Rochelle.
"Le cardinal Richelieu au Siège de La Rochelle" de Henri-Paul Lamotte ( 1881) - Musée des Beaux Arts de La Rochelle / © Capture
"Le cardinal Richelieu au Siège de La Rochelle" de Henri-Paul Lamotte ( 1881) - Musée des Beaux Arts de La Rochelle / © Capture

"Combat", "mobiliser", "grande bataille", "forces" : le discours guerrier de la candidate

Dans ses voeux, la candidate utilise un discours guerrier où le champ lexical du combat est omniprésent : "Je veux qu'en 2017, s'engage le grand combat pour la prospérité de notre pays, la protection de tous les Français, la sauvegarde de notre identité nationale", assène la candidate avant de poursuivre : "2017 commence et nous sommes prêts. On y va. Le combat est lancé et la tâche sera rude. Contre tous les candidats du renoncement, nous devrons mobiliser des forces considérables". Et de finir : "J'ai besoin de toutes vos forces dans cette grande bataille que nous allons mener ensemble". 
© Capture Twitter MLP Officiel
© Capture Twitter MLP Officiel


Le Grand Siège de La Rochelle : une guerre civile entre Catholiques et Protestants

Quand Marine le Pen dit dans ce même discours : "Nous devons rassembler nos énergies et tous agir avec la même ambition : celle de faire triompher le retour du peuple, l'ambition de faire triompher la france pour tous les Français", le message d'unité nationale est loin du message donné par le tableau juste derrière elle. Il représente en effet le Cardinal Richelieu, principal ministre du Roi qui commande le Siège de La Rochelle commandé par Louis XIII.

Objectif du siège ( 10 septembre 1967- 28 octobre 1628 ) : réduire à néant la menace venue des cités protestantes qui vise le pouvoir royal. La Rochelle est alors devenue un haut lieu du Protestantisme et reçoit de la mer l'aide des Anglais.
Richelieu déclarait alors " il faut couper la tête du dragon".
On est bien loin de vouloir faire " triompher le retour du peuple ".  Il s'agit alors de protéger la France de l'attaque des Anglais venus soutenir la rebellion huguenote de La Rochelle mais aussi le pouvoir royal d'un risque d'extension de l'influence des protestants dans le royaume. L'armée royale déploie d'ailleurs 20 000 hommes autour de la ville pour faire face à la flotte de 110 vaisseaux et 8000 hommes envoyés par l'Angleterre. 


Des civils qui meurent de faim et qui se font tirer dessus par l'armée royale 

Le siège de La Rochelle dure plus d'un an. Les voies de communication terrestres et bientôt maritimes sont coupées. Les vivres manquent. La décision est prise d'expulser les "bouches inutiles" que sont les femmes, les enfants et les vieillards. 
S'ils restent, les troupes royales leur tirent dessus.  Ils finissent par mourir de faim en errant sur les routes. 

Lors de la capitulation de La Rochelle, il ne reste que 5500 survivants. Il y avait 28 000 habitants avant le début du siège. 

Richelieu marque le coup par un châtiment exemplaire, histoire de montrer aux protestants de France ce qu’il en coûte de s’opposer au roi. Les 5500 survivants perdent tous leurs droits politiques et territoriaux et les murailles de la ville sont abattues. Tout au plus le roi leur laisse-t-il la liberté de culte, (établie par l'Edit de Nantes en 1598) probablement pour s’épargner une guerre civile totale.


Un arrière-plan qui pose question 

Maladroit ou sciemment voulu : l'arrière plan des voeux de Marine Le Pen pose question : Pourquoi avoir choisi un tableau qui illustre une guerre sanglante entre Français quand on affirme qu’on se lance dans un combat "pour tous les Français" ?
Pourquoi choisir un tableau qui représente le pouvoir royal écrasant l'insurrection d'une partie du peuple français quand on prétend vouloir "faire triompher le retour du peuple"? 

En tout cas, une chose est sûre, les Protestants et les défenseurs de la liberté de culte ont du apprécier. 



Le point de vue du politologue poitevin Dominique Breillat

Nous avons sollicité Dominique Breillat de l'Université de Poitiers pour nous donner son analyse à propos de l'utilisation en arrière-plan de ce tableau du Siège de La Rochelle. 

  • Sa première réaction a été de nous dire que " C'est la première qui se lance vraiment dans la bataille électorale pour l'élection présidentielle. Pour cela elle utilise les mots "France" et "Français" à de nombreuses reprises. Elle utilise aussi quatre fois le mot "combat" et deux fois le mot "bataille" d'où peut-être l'idée du Siège de La Rochelle. "
  • Ensuite, pour lui, ce tableau n'est pas très connu mais il permet à la candidate de faire parler d'elle. " Je ne suis pas certain que cette référence historique soit comprise par beaucoup de monde. En revanche, pour Marine Le Pen, absente des médias ces derniers temps, c'est peut-être une façon de susciter l'interrogation des journalistes et donc de refaire parler d'elle. Et apparemment ça marche."
  • Enfin, Dominique Breillat s'interroge. " On se demande où Marine Le Pen se situe dans ce tableau. Du côté de la France qui encercle ou du côté de la France encerclée. Si c'est du côté de la France encerclée, ce n'est pas de très bon augure car les insurgés ont plutôt mal fini."

Sur le même sujet

Ford Blanquefort, gilets jaunes et marcheurs pour le climat : à Bordeaux, une journée de mobilisations

Les + Lus