Les notaires sous l'Occupation, le dernier secret de Vichy dans un documentaire.

Dès 1940, le régime de Vichy entreprend l’exclusion totale des juifs de la société française. Une profession se met au travail pour déposséder le patrimoine d’hommes et de femmes désormais indésirables : les notaires. Retour sur ce pan sombre de notre histoire ce lundi 4 mai à 23h05.
 

La spoliation des biens juifs constitue la première étape d’un processus mortifère. Le patrimoine spolié à l’époque est équivalent aujourd’hui à plusieurs milliards d’euros. À la Libération, sa restitution a été pour le moins très incomplète. Et depuis, les notaires n’ont jamais rendu de comptes sur leurs agissements.

Enquête à Bordeaux et à Paris


À Bordeaux, au tournant des années 2000, une commission censée faire toute la lumière, n’a rien voulu trouver. Alors qu’étrangement les archives regorgent de preuves.

Bordeaux est la seule ville de France, avec Nancy, où l’on a organisé des rafles massives de juifs de souche française, possédant des biens et parfois de grosses fortunes…
Serge Klarsfeld, avocat

Aujourd’hui, les descendants de familles disparues et leurs ayants-droits, refusent ce grand mensonge

A Bordeaux, le descendant d'une famille spoliée mène l'enquête pour reconstituer les faits, cherchant à comprendre dans quelles circonstances sa famille a été dépossédée d'une grande partie de ses biens. 

La participation massive du notariat français à la politique antisémite de Vichy constitue le dernier secret de l’Occupation. 

Grâce à des témoignages, à des archives exhumées pour la première fois à la télévision et à l’expertise d’historiens ayant enquêté pendant des années sur le sujet, ce film lève le voile sur le véritable rôle joué par la profession notariale, pendant le chapitre le plus sombre de notre histoire.

Un vol de grande ampleur légal organisé par des lois taillées sur-mesure par Vichy. Des lois qui ont permis la spoliation de la plupart des propriétaires juifs pendant la guerre.
 


Après-guerre, avec la mort de nombreux anciens propriétaires disparus dans les camps d’extermination, la plupart des biens n’ont jamais été restitués, y compris à leurs ayants droit. Jamais mise à l’amende, la profession n’a entrepris aucun travail de remise en question sur ses pratiques plus que douteuses pendant la Seconde Guerre mondiale.
 


 Les différentes commissions mises en place par le gouvernement Jospin et chargées de faire la lumière sur la spoliation et les restitutions opérées, auraient dû révéler le rôle des notaires dans l'aryanisation. Mais rien n'a été éventé.
Et le secret s'est perpétué.
Les notaires ont refusé d'ouvrir leurs archives. On en a alors conclu qu'il était impossible de retrouver la trace des biens vendus sous l’Occupation...

Pourquoi ce film ? 

Suite à mon film sur Maurice Papon diffusé en 2018 sur France Télévisions, je me suis plongé dans les archives de la spoliation à Bordeaux. J'ai alors découvert de nombreux documents notariés et réalisé que les nortaires avaient constitué un rouage essentiel dans la politique d'aryanisation économique mise en place par le régime de Vichy. Et de cela, on n'en avait jamais parlé, d'où ce film ! Stéphane Bihan, réalisateur 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur .3 NoA avec la diffusion de ce documentaire  "Les notaires sous l'occupation, le dernier secret de Vichy".Les notaires sous l'occupation, le dernier secret de VichyUn documentaire réalisé par Stéphane BIHAN

oproduction : France 3 Nouvelle Aquitaine et Alkimia Production


Diffusion sur .3 NoA mercredi 16 février à 21.00

Première diffusion : mai 2020 sur France  Nouvelle-Aquitaine

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité