Nouvelle-Aquitaine : une malade du CHU de Poitiers est décédée de la rougeole

L'ARS recommande à tous les néo-aquitains de vérifier leur statut vaccinal. / © France 3 Aquitaine
L'ARS recommande à tous les néo-aquitains de vérifier leur statut vaccinal. / © France 3 Aquitaine

Une jeune femme de 32 ans, hospitalisée au CHU de Poitiers est morte le 10 février des suites de la rougeole. Depuis le début de l'épidémie en novembre dernier, c'est le premier décès lié à cette maladie virale très contagieuse. L'Agence Régionale de Santé recommande de se faire vacciner. 

Par Hélène Chauwin

LE CHU de Poitiers confirme l'information dans un communiqué :

"Le décès d’une femme âgée de 32 ans, résidant à Poitiers, est survenu le 10 février suite à des complications de la rougeole"

La patiente  avait été hospitalisée pour une pneumopathie. Elle n'était pas vaccinée contre la rougeole. 


A ce jour, l'épidémie de rougeole a contaminé 269 personnes en Nouvelle-Aquitaine depuis le début du mois de novembre 2017, principalement en Vienne et Gironde. C'est le premier décès lié à la rougeole.

L'ARS a tenu  une conférence de presse ce matin. Dans un tweet, elle avait confirmé un décès en Vienne.



La rougeole est une malade virale très contagieuse. Les symptômes peuvent commencer à tout moment de 7 à 18 jours après avoir été en contact avec la personne atteinte.

Au début les symptômes font passer  à un rhume. Une toux, une fièvre supérieure à 38,5°C, le nez qui coule et des yeux rouges-larmoyants. Il faut pourtant consulter au plus vite un médecin.  Quelques jours plus tard, des boutons rouges apparaissent sur le visage, puis se répandent sur le reste du corps.

La vaccination,  un rempart contre l'épidémie


Sur son site, l'ARS rappelle qu'une vaccination en urgence, dans les 72h, peut stopper la maladie. Et elle invite chacun à vérifier "sa vaccination (2 doses sont nécessaires pour être protégé) et à  consulter son médecin traitant pour rattraper cette immunité".

L'épidémie touche aujourd'hui Bordeaux, Poitiers et Limoges.  57 malades ont été hospitalisés, soit 1 sur 4. 


En 2011, une épidémie avait touché 25 000 personnes en France et provoqué la mort de 10 malades.

Sur le même sujet

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus