#NouvelleAquitaine : les tweetos vent debout contre le changement de nom

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hugo Lemonier .

"Nouvelle Aquitaine" ne passe pas pour la plupart des tweetos qui se sont exprimés sur le réseau social depuis la proposition d'Anne-Marie Cocula, l'historienne chargée de trouver un nouveau nom à la région ALPC.

La grande majorité des internautes picto-charentais a fait part de sa colère sur Twitter à coup de tweets assassins à l'encontre de l'équipe d'Alain Rousset. Le nom de "Nouvelle Aquitaine" symbolise pour eux une forme d'annexion du Poitou-Charentes et du Limousin.


Une tweeto limousine prépare même la prochaine étape : "la résistance !".

Les marques "identitaires", DDduPWATOO et CRIL Limouzi, n'ont alors pas manqué de surfer sur cette vague de mécontentement pour se payer un petit coup de pub.


Minoritaires sur les réseaux sociaux, il faut tout de même le noter : certains tweetos apprécient le nouveau nom proposé par la commission présidée par l'historienne Anne-Marie Cocula.

Les (rares) réactions politiques

Tandis que les tweetos du Poitou-Charentes s'insurgent contre le changement de nom de la nouvelle région, les grandes figures politiques d'ALPC ne se passionnent pas pour ce débat.

Seul politique d'envergure à avoir posté un tweet depuis ce mercredi, Dominique Bussereau a publié un tweet qui a pu prêter à confusion :

Le député de Charente-Maritime a alors rectifié le tir, ce jeudi :

Bruno Dapron, conseillier régional UDI et adjoint au maire de Saintes, s'en prend lui directement à Alain Rousset qu'il accuse de vouloir "aquitaniser" la région :

Pour le politologue Dominique Breillat, farouchement opposé à la fusion avec l'Aquitaine, le silence des hommes et femmes politiques du Poitou-Charentes est éloquent : "A part l'ex-président du conseil général des Deux-Sèvres, Eric Gautier, personne ne s'est opposé à cette réforme qui gomme pourtant les identités des territoires".

Dépassées par la fuite du rapport dans Sud Ouest, les équipes d'Alain Rousset ne se sont pas exprimées depuis ce mercredi.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité