Poitou-Charentes : l'offre culturelle en ligne, en attendant la réouverture des musées

Liés à la crise sanitaire ou pas, les prolongements en ligne proposés par les structures culturelles fleurissent sur le web et rencontrent leur public au-delà de toute attente, laissant augurer une évolution durable de la manière de consommer de la culture.

© Musée Sainte-Croix / Poitiers

À Poitiers, le musée Sainte Croix a mis en place un calendrier de l’avent durant les vacances de Noêl. Chaque jour, une œuvre est ainsi poussée dans la lumière, permettant de découvrir tour à tour l’archéologie, les beaux-arts, les cabinets de dessins…

Le musée devient un terrain de jeu

Et le musée poitevin continue d’innover à l’occasion des fêtes, avec la mise en ligne d’un escape game, « A la rescousse de Camille De La Croix ». Père jésuite du XIXème siècle, il est surtout connu comme l’un des plus grands archéologues poitevin, à l’origine de la découverte de nombreux sites dont Sanxay et l’Hypogée des Dunes à Poitiers. Une exposition qui lui était initialement consacrée, ayant du être annulée pour raison sanitaire, le musée contourne le protocole en lui rendant un hommage ludique, permettant à l’internaute non seulement d’arpenter le musée en dépit de sa fermeture, mais carrément d’écarter le rideau pour pénétrer dans les collections du musée, d’habitude inaccessibles au public.

On s’est demandé comment faire pour pouvoir continuer à faire vivre les collections en dépit des confinements. Via le numérique on peut poster régulièrement des œuvres avec un contenu documentaire, susciter la curiosité avec une peinture fraichement acquise, ou encore mettre un coup de projecteur sur une sculpture mal connue.  Et on peut aussi jouer avec les œuvres, inventer des histoires, des parcours, des aventures… On peut tout faire !    

Cécile Le Bourdonnec, responsable du service des publics au Musée Sainte Croix

Une autre alternative pour continuer à fréquenter les établissements culturels malgré leur fermeture : Aliénor.org. La plateforme numérique propose au public via son portail en ligne, de découvrir plus de 150 œuvres issues des différents musées de la région, réunis dans une structure virtuelle en 3D.

On trouve là encore des focus sur des œuvres, des expositions virtuelles, et l’actualité numérique des différents musées de la Nouvelle Aquitaine, pour patienter en attendant le retour à une actualité plus physique. À noter la mise en ligne sur le site, d’un concert live (mais sans public, forcément…) capté dans l’enceinte du musée Sainte-Croix. Bach et Ravel sont notamment au programme, en bonne compagnie.

De musique il sera également question sur le site de La Nef, la salle de musiques actuelles d’Angoulême, qui propose, outre quelques morceaux en live, des ateliers en visio-conférence gratuits (sur inscriptions). Le dernier en date : « Enregistrer et produire sa musique à la maison ».

À Angoulême toujours, les ateliers en ligne constituent là aussi un des axes de développement privilégiés par la cité de la Bande Dessinée. À destination des jeunes enfants et des familles, les Ateliers Médiation,filmés, proposent un accompagnement pour dessiner, concevoir des strips ou carrément des BD. Dernier atelier en date : la création d’une carte de vœux en pop-up.

On avait déjà une actualité numérique pour permettre au public d’avoir des activités indépendamment de la présence physique, mais à l’occasion du confinement, c’est un axe qui a été très largement renforcé. On a ainsi lancé il y a quelques semaines un « Mooc » [Massive Open Online Course. En français : formation en ligne ouverte à tous]. Il prend ici la forme de cours en ligne sur l’histoire de la BD, ses codes et ses usages. Et ça marche très bien ! 

Anne Hélène Hoog, directrice du musée de la BD

Les trois cours d’une heure et demie ainsi mis en ligne, ont d’ores et déjà rassemblé plus de 10.000 internautes.

© Musée de la BD

Deux expositions virtuelles sont également proposées, consacrées respectivement à Lewis Trondheim et à Calvo. Initialement présentées au public de manière traditionnelle, le confinement a imposé une fermeture prématurée à peine deux mois après leur inauguration. D’où l’idée d’en faire une captation pour les proposer aux internautes dans une déclinaison virtuelle. La formule a été inaugurée il y a quinze jours par le biais d’un live TikTok.

De nombreuses capsules vidéo sont également proposées pour avoir plus de conseils, plus d’orientation de lectures, et découvrir les trésors des collections du musée.

Je pense qu’on sera obligés de continuer à penser et développer notre offre numérique. On constate que les expos virtuelles et les cours d’histoire de la BD marchent très bien et que ça nous permet de toucher un public très large. C’est une offre que les gens auront beaucoup apprécié à l’occasion du confinement, et il y aura une pratique et des usages qui se seront redessinés à cette occasion. 

Anne Hélène Hoog, directrice du musée de la BD

Dans les Deux-Sèvres, les musées n’ont pas attendu le confinement pour investir le numérique.

Depuis deux ans déjà, deux applications sont disponibles, téléchargeables sur les stores. La première propose un parcours peinture qui donne à voir certaines oeuvres du musée Bernard d’Agesci, tandis que l’appli "Donjon" donne accès à une reconstitution d’un intérieur poitevin au XIXème siècle, avec force explications sur les différents objets présentés pour l’occasion. À noter que deux parcours sont proposés, à destination des enfants ou des adultes.

visuel de l'application du musée Bernard d'Agesci
visuel de l'application du musée Bernard d'Agesci © musée Bernard d'Agesci

La Covid a néanmoins accéléré le travail engagé sur deux autres applications numériques qui, du coup, devraient voir le jour assez rapidement. L’une traitera des instruments de musique, tandis que la seconde nous fera une présentation éclairée des « objets scientifiques ».

L’atelier de restauration, contigu au musée Bernard d’Agesci, profite de son site pour s’exposer lui aussi. On peut ainsi accéder aux explications dispensées par les restaurateurs qui interviennent sur les œuvres muséales des collections de Niort agglo et au-delà.

Quel que soit le biais, la volonté de tous les acteurs du secteur est de continuer à susciter la curiosité intellectuelle et le plaisir de la découverte. Tous les établissements culturels font de leur mieux pour que ce lien ne soit pas rompu. Parce qu’il est essentiel. Parce qu’on est essentiel.

Cécile Le Bourdonnec, responsable du service des publics au Musée Ste Croix, à Poitiers

La réouverture des musées, initialement envisagée le 15 décembre, avant d'être repoussée au 7 janvier, a finalement été reportée à une date ultérieure sans que l'exécutif, sans doute échaudé par les reports successifs, ne se risque cette fois à être plus précis. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture internet économie