Cinq jours après le meurtre d'une femme à Bayonne, un rassemblement réunit des féministes devant la mairie

Un rassemblement s'est tenu devant la mairie de Bayonne / © Andde Irosbehere - France 3 Euskal Herri
Un rassemblement s'est tenu devant la mairie de Bayonne / © Andde Irosbehere - France 3 Euskal Herri

Une soixantaine de personnes se sont réunies ce jeudi soir devant la mairie de Bayonne pour dénoncer le meurtre d'une femme de 53 ans à Bayonne. Si le conjoint de la victime, suspecté de féminicide, nie les faits, pour les associations féministes le doute n'est pas de mise.
 

Par MK avec Andde Irosbehere

Ils sont une soixantaine ce jeudi soir réunis devant l'Hôtel de ville de Bayonne. Un rassemblement nocturne, pour ces militantes et militants munis de pancartes dénonçant les violences faites aux femmes et posant la question "Est-ce- que je serais la prochaine ?".

Ce rassemblement intervient moins d'une semaine après la découverte du corps sans vie d'une femme de 53 ans, à son domicile du quartier Sainte-Croix à Bayonne.
 


Le compagnon de la victime, suspecté d'être à l'origine de sa mort a été mis en examen pour "violences habituelles ayant entraîné la mort sur conjoint".
 Mais ce dernier, déjà connu pour des faits de violences sur une ancienne compagne, nie les faits. Mais pour Amaia Fontang, porte-parole du collectif féministe contre les violences sexistes, il n'y a pas de place pour le doute.
 

Lorsqu'une femme est découverte couverte de bleus, on n'a pas à douter. (…) Il est évident que cette femme pour nous subissait des violences répétées.
Amaia Fontang,
porte-parole du collectif féministe contre les violences sexistes



"C'est hélàs la énième fois qu'on se réunit ici. C'est le troisième féminicide depuis le début de l'année en Pays basque nord, nous avons eu un autre récemment en Pays basque sud… Nous disons assez. Pas une de plus. Nous en avons ras le bol.
Il ne s'agit pas d'une affaire privée, d'un meurtre à huis clos. Il s'agit d'une affaire publique qui concerne tout le monde, d'un problème de société", a poursuivi la militante, qui demande aux pouvoirs publics de prendre ses responsabilités.
 

Autopsie en cours

Plusieurs voisins de la victime ont témoigné à plusieurs reprises avoir alerté la police au sujet des violences que subissait la victime de la part de son conjoint. Mais selon le parquet, aucune plainte n'a jamais été déposée.
Une autopsie a été réalisée afin d'établir les causes du décès, ses résultats devraient être connus prochainement.

Sur le même sujet

Les + Lus