• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Biarritz : un G7 sous haute sécurité

© Stéphanie Deschamps
© Stéphanie Deschamps

Quartiers interdits à la circulation, obligation pour les résidents de présenter un badge... à sept mois de l'ouverture du G7 à Biarritz, le préfet des Pyrénées-Atlantiques et le maire de Biarritz ont dévoilé quelques éléments du dispositif de sécurité prévu pour l'événement. 
 

Par Maïté Koda

Quelles zones seront interdites à la circulation, et celles dont l'accès sera réservé uniquement aux résidents de la zone ? Le préfet des Pyrénées-Atlantiques Gilbert Payet, le sous-préfet Hervé Jonathan et le maire de Biarritz Michel Veunac ont présenté le dispositif prévu pour le G7.

Du 24 au 26 août, sept chefs d'Etat sont attendus au Pays basque, soit les dirigeants de l'Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de l'Italie, du Japon et du Royaume Uni. Et pour l'occasion, c'est un dispositif de sécurité exceptionnel qui est prévu a été présenté à la presse.

 

Sécurité renforcée :  circulation interdite

Une partie de la ville, et notamment le littoral sera placé en sécurité renforcée. Le secteur inclut le Casino municipal, l'Hôtel du Palais, la mairie et le Casino Bellevue.  L'accès à la grande plage de Biarritz sera interdit.
Seuls les résidents, et ayants droits, soit commerçants salariés, professionnels de santé (…) pourront circuler à pied, dans la zone, sous réserve de présentation d'un badge, et d'une pièce d'identité.
Aucune voiture ne pourra circuler ou stationner dans la zone.

 
© Mairie de Biarritz
© Mairie de Biarritz


Zone de protection : macaron obligatoire

La quasi-totalité du centre-ville sera dans une zone, dite "de protection".  Celle-ci aussi sera réservée aux résidents et ayant droits,  sous réserve de présenter une pièce d'identité et un badge. Les véhicules porteurs d'un macaron, également délivré en mairie, pourront stationner et circuler dans la zone.

Toutes les informations sur les modalités d'attribution des badges sont à retrouver sur le site de la mairie de Biarritz
 

Quatre jours fatidiques


Michel Veunac, le maire de Biarritz se défend de vouloir transformer sa ville en bunker. "Pendant les six mois qui nous séparent de l'événement, nous allons donner des informations très régulièrement. Il y aura quatre jours fatidiques, mais au-delà de ces quatre jours, la vie à Biarritz sera tout à fait normale".



Voir le reportage de France 3 Euskal Herri
Biarritz : un G7 sous haute sécurité


 

Sur le même sujet

Amélie Mierger aux Championnats du monde

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer