François Bayrou convoqué en vue d’une mise en examen dans l'affaire des assistants parlementaires du MoDem

François Bayrou, président du mouvement démocrate, le 29/9/2019 à Guidel lors de la réunion annuelle du MODEM / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
François Bayrou, président du mouvement démocrate, le 29/9/2019 à Guidel lors de la réunion annuelle du MODEM / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Selon Le Monde, le maire de Pau, est "convoqué début décembre par les juges financiers". Il est soupçonné, avec Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard, "d’avoir utilisé des crédits européens pour rémunérer des assistants parlementaires d’eurodéputés travaillant en réalité pour le MODEM".

Par C.O


Selon les informations du Monde, "les principaux responsables du parti centriste, au premier rang desquels figure François Bayrou (convoqué le 6 décembre), viennent de recevoir des courriers les informant de leur convocation « aux fins de mise en examen »". Le MoDem est soupçonné d’avoir utilisé des crédits européens pour rémunérer des assistants parlementaires d’eurodéputés travaillant en réalité pour le parti. Les attachés parlementaires et les eurodéputés (ou ex-parlementaires) concernés sont également convoqués par les juges.
 

François Bayrou :  "ces accusations sont infondées"

Interviewé par La République des Pyrénées, le maire de Pau affiche une certaine sérénité.  «  Ce n’est pas parce qu’il y a une convocation qu’il y aura une décision de mise en examen, a-t-il réagi. Tous les parlementaires européens et les assistants sont convoqués et nous ferons la preuve que ces accusations sont infondées". "

"C’est la suite normale de la procédure. C’est la même procédure que pour Marine Le Pen et Mélenchon. Nous avons été entendus par les enquêteurs, et nous allons l’être par les juges. Je suis certain que nous pouvons faire la preuve de notre innocence" a expliqué le maire de Pau à nos confrères
 


Un tournant dans cette affaire

Une information judiciaire avait été ouverte en juillet 2017 pour « abus de confiance, recel d’abus de confiance, escroquerie et détournement de fonds publics ». Cette procédure avait entraîné en juin 2017, la démission de François Bayrou du poste de garde des Sceaux, de même que celle de la ministre des affaires européennes, Marielle de Sarnez, et de sa collègue des armées, Sylvie Goulard. Ils avaient tous les été interrogés en septembre par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), à Nanterre (Hauts-de-Seine).


Soupçons d'emplois fictifs au MoDem : après Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez à leur tour entendus par les policiers


Son directeur de cabinet palois également convoqué

Selon Le Monde, des députés du Modem députés du MoDem ayant siégé entre 2009 et 2014 au Parlement européen auraient également été convoqués, tout comme neuf de leurs assistants, également "aux fins de mise en examen". 
"Parmi eux, Stéphane Thérou, ex-assistant parlementaire de Mme Goulard". Stéphane Thérou est le directeur de cabinet de François Bayrou à la mairie de Pau depuis 2015. En avril dernier, des policiers avaient perquisitionné son domicile à Pau.


Les réactions politiques en Nouvelle-Aquitaine

Sur les réseaux sociaux les réactions sont nombreuses. Des hommes politiques commentent cette nouvelle dévoilée par Le Monde. Le conseiller départemental Yves d'Amécourt (LR) n'a pas hésité, dans le tweet ci-dessous, à faire référence à la réaction de François Bayrou au moment de l'affaire Fillon.

Olivier Dartigolles, conseiller municipal de l'opposition à Pau, a réagit sur sa page Facebook. "Cette affaire n’a que trop duré. Pour assurer sa défense, non comme témoin assisté mais dans le cadre d’une mise en examen, F.Bayrou est devant un moment de vérité" explique l'ex-porte-parole du PCF. "Soit traduire en acte ses paroles publiques des dernières années sur la moralisation de la vie politique et consacrer tout son temps à sa défense. Soit s’accrocher coûte que coûte sans mesurer combien cela aurait des conséquences désastreuses pour sa famille politique et pour la ville de Pau".

Jean-François Blanco, conseiller régional EELV, évoque "affaire est triste pour la démocratie et pour Pau" sur son compte Twitter.  Jean-François Blanco était sur la liste d'Olivier Dartigolles en 2013 à Pau. En mars dernier il a créé une association baptisée "Paloises et Palois" en vue des prochaines municipales.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus