François Bayrou: "nous avons commandé 500 000 masques pour les Palois"

Le maire de Pau explique, non sans critiques sur la gestion gouvernementale sur le sujet, que les services municipaux palois ont pu distribuer des masques aux soignants et qu'ils ont commandé des masques alternatifs en tissu, potentiellement distribuables au moment du déconfinement le 11 mai.

© FTV
Dans une interview sur RTL (Le grand jury), le maire de Pau s'est exprimé sur la stratégie que sa municipalité allait adopter concernant le futur déconfinement, expliquant avoir commandé un demi-million de masques pour les habitants de Pau. 
 

Nous nous sommes mis à la chasse aux masques... et nous en avons trouvé! Parce qu'il se trouve qu'un certain nombre de ces masques avaient été distribués lors de la grippe H1N1 (...) autour de 2010.
Tout le monde les avait oubliés... Y compris l'Etat... C'est dire la manière dont l'Etat gère la société...


Pour la population, nous avons décidé de commander 500 000 masques que nous faisons fabriquer  grâce à des entreprises locales (...)
Les 500 000... le total, c'est pour le mois de juin. Nous espérons en avoir assez pour le mois de mai.
 

Des masques qui seront remis aux habitants de sa ville,  a promis le maire de Pau, pour un prix minimum.


On va les distribuer à tout le monde. A tout ceux qui en ont besoin, gratuitement. Et on va demander, parce que c'est civique, à tous ceux qui le peuvent, une contribution qui correspond au prix du masque.

 



Cette interview a également été l'occasion pour François Bayrou de juger assez sévèrement à la fois le gouvernement et la population française.
"Il y a eu des ratés dans la gestion de crise, la société française a l'habitude de se tourner perpétuellement vers l'État, et celui-ci ne favorise pas les initiatives. La société doit-elle rester aussi centralisée?", s'est-il interrogé. 
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter