Meurtre du quartier Saragosse à Pau : deux des mineurs incarcérés font appel de leur détention

L'un des deux mineurs encadré par la police au moment de son entrée en salle d'audience / © F3 Aquitaine
L'un des deux mineurs encadré par la police au moment de son entrée en salle d'audience / © F3 Aquitaine

Trois semaines après le meurtre d'un homme de 32 ans dans le quartier Saragosse à Pau, les avocats de deux des trois mineurs incarcérés ont décidé de faire appel de la détention.

Par Jean-François Géa

Ils ont 16 et 17 ans. Ils sont incarcérés depuis leur interpellation le lundi 21 mai à Pau.

Ces deux mineurs sont mis en examen pour le meurtre de Béli Nébié, un homme de 32 ans, battu à mort par un groupe d'adolescents le 18 mai dernier dans le quartier Saragosse .


Trois semaines de détention 


Leurs avocats ont fait appel de cette situation aujourd'hui devant la Chambre de l'Instruction de la Cour d'Appel de Pau.
Christophe Arcaute, avocat d'un des deux prévenus plaide pour une alternative à l'incarcération.

Il faut comprendre que la minorité est un statut d'exception. La loi pénale, et particulièrement l'ordonnance du 24 novembre 2009 permet une alternative qui s'appelle l'assignation à résidence sous surveillance électronique statique. C'est plus contraignant qu'un contrôle judiciaire. Il y a plus d'obligations à respecter. Et, qui plus est, vous êtes suivis en temps réel.


Les cas des deux jeunes suspects ont été traités à huis clos, dans deux audiences distinctes, ce mardi matin.
Des dossier étudiés séparément en fonction du niveau d'implication des deux prévenus, dans ce meurtre.

À la sortie, Alexandrine Barnaba, l'avocate de la famille de la victime a expliqué :

Les proches de Béli Nébié respecteront la décision de la justice. Mais pour la sérénité de l'enquête, il serait préférable que les deux prévenus restent en détention.


La décision sera rendue demain, dans la journée.

Depuis le drame, le 18 mai dernier, 3 mineurs âgés de 16 à 17 ans sont mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire.

Seuls, deux d'entre eux ont demandé aujourd'hui leur remise en liberté.

Le troisième suspect incarcéré depuis le 25 mai est âgé de 17 ans. Il n'a pas fait appel de sa détention pour l'instant.

Regarder Christophe Arcaute, avocat d'un des deux prévenus

Christophe Arcaute, avocat



Sur le même sujet

Pas 10 mais 500 nouveaux élèves dans les écoles des Pyrénées-Atlantiques

Les + Lus