Recyclage obligatoire des déchets organiques d'ici 2025 : bel avenir promis à un éleveur de lombrics en béarn

La ferme lombricole du Moutta à Bizanos près de Pau produit 30 tonnes de vers par an et vend près de 20 000 lombricomposteurs chaque année à des professionnels et des particuliers. L'attrait pour ce compostage rapide pourrait exploser avec l'évolution de la loi sur la valorisation des déchets.
Un vers de compost ou lombric mange entre 0,5 et 1 fois son propre poids par jour. 2 kg de vers vont composter quotidiennement 2 kg de déchets organiques.
Un vers de compost ou lombric mange entre 0,5 et 1 fois son propre poids par jour. 2 kg de vers vont composter quotidiennement 2 kg de déchets organiques. © F3Aquitaine/E.Gonzales

Dans son entrepôt installé en périphérie de Pau Julien Pungier élève des vers de terre depuis 14 ans. Des millions de vers de terre qui patientent dans de grands bacs blancs avant d'être ensachés puis expédiés à des acheteurs français et européens. 

 

Julien Pungier, co-gérant de la ferme lombricole du Moutta, nourri ses vers de terre dans son entrepôt de Bizanos
Julien Pungier, co-gérant de la ferme lombricole du Moutta, nourri ses vers de terre dans son entrepôt de Bizanos © F3Aquitaine/E.Gonzales

 

"Nous produisons 30 tonnes de vers par an " affirme le co-gérant de la ferme du Moutta. "Nous sommes d'ailleurs le premier producteur de vers de terre en France."

 

Un sachet de lombrics est vendu entre 18 et 359 euros en fonction du poids (250 gr à 10 kg)
Un sachet de lombrics est vendu entre 18 et 359 euros en fonction du poids (250 gr à 10 kg) © F3Aquitaine/E.Gonzales

 

Ces lombrics sont utilisés pour transformer les déchets organiques (épluchures de fruits, de légumes, marc de café, carton, papiers...) en engrais naturel. Placés dans des lombricomposteurs, ils sont capables de manger 0,5 à 1 fois leur propre poids chaque jour.

"Si j'ai 2 kg de vers dans mon lombricomposteur ils pourront manger entre 1 et 2 kg de déchets par jour ce qui est assez énorme. Après digestion ces déchets vont devenir du lombricompost, un engrais mille fois plus puissant que le compost" explique Julien Pungier.

La ferme du Moutta a mis au point ses propres lombricomposteurs à partir de matériel recyclé. 

 

L'un des modèles de lombricomposteur fabriqué par la ferme du Moutta en béarn
L'un des modèles de lombricomposteur fabriqué par la ferme du Moutta en béarn © F3Aquitaine/ E.Gonzales

 

Ce sont des bacs empilés sur plusieurs niveaux en fonction de la masse des déchets à recycler.

"Le principe c'est que l'on a plusieurs étages, ce sont des tamis microperforés. On place ses déchets organiques tout en haut, les vers placés plus bas montent se nourrir. Une fois digérés les déchets sont tranformés en engrais que vous pouvez utiliser dans vos plantes d'intérieur ou dans votre jardin". 

 

Fruits, légumes, marc de café, papier, carton...font le régal des lombrics
Fruits, légumes, marc de café, papier, carton...font le régal des lombrics © F3Aquitaine/E.Gonzales
Le lombricompost produit est un engrais naturel 100 fois plus puissant que du compost classique
Le lombricompost produit est un engrais naturel 100 fois plus puissant que du compost classique © F3Aquitaine/E.Gonzales

 

Une croissance exponentielle

"Tous les ans on double le chiffre d'affaire" se réjouit le dirigeant béarnais. L'entreprise envisage de recruter pour renforcer ses équipes d'ici quelques mois. Elle va aussi s'installer dans un nouvel entrepôt, plus grand, 1200 mètres carrés contre 850 aujourd'hui et compte développer ses ventes à l'international. Elle vise le marché américain, Etats-Unis, Canada, Mexique et australien. 

Elle devrait aussi poursuivre sa croissance en France et en Europe avec l'évolution de la loi sur la revalorisation des déchets organiques. Cette loi obligera tous les particuliers à disposer d’une solution de tri à la source de leurs biodéchets avant 2025. Et même avant 2023 pour les restaurateurs. Le lombricompost sera l'une des solutions les plus rapides et efficaces pour faire disparaître ces restes alimentaires qui représentent un tiers de ce que l'on jette dans nos poubelles. 

Pourquoi une telle obligation ? En vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par la mise en décharge de ces déchets alimentaires. "Leur tassement provoque une fermentation dans un milieu sans oxygène, créant des conditions favorables à l’émission de méthane dans l’atmosphère. Ce gaz a un pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur à celui du CO2. De même, l’incinération de ces déchets (actuellement pratiqué) produit également des gaz à effet de serre et notamment du CO2 lors de la combustion" explique t-on au ministère de la transition écologique.

 

 

"A l’inverse, la valorisation organique via le compostage permet de faire retourner au sol ou de transformer des matières organiques brutes en une matière valorisable adapté aux besoins agronomiques des sols. Dans le contexte actuel d’appauvrissement des sols en matières organiques, il existe un réel besoin d'amendements organiques naturels que les composts de biodéchets peuvent en partie combler".

Pour inciter le plus grand nombre à se mettre au lombricompost, Julien Pungier a développé des modèles de "wormbox" pour appartements. 12 couleurs différentes, des design modernes, des pieds en bois...tout est fait pour tenter de rendre attractif des boîtes en plastiques remplis de vers de terre...

Mais rassurez-vous, les lombrics détestent la lumière. Vous aurez peu de chance d'en retrouver au milieu de votre salon, ils préfèreront rester cachés bien au chaud dans leurs bacs...

Regardez le reportage d'E. Poussard et E.Gonzales :

Recyclage obligatoire des déchets organiques d'ici 2025 : bel avenir promis à un éleveur de lombrics en béarn

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
béarn économie environnement