Rugby: Top 14, plusieurs départs et un recrutement ciblé à la Section Paloise.

© Benoît Bracot France 3
© Benoît Bracot France 3

La Section Paloise reste en Top 14 avec l'arrêt de la compétition.
Exclu des phases finales du mois d'août, Pau prépare déjà l'avenir.
Plusieurs vedettes s'en vont et le recrutement sera limité.

Par François Busson

Plusieurs vedettes s'en vont et le recrutement sera limité.

La Section Paloise tourne la page Colin Slade. L'ouvreur néo-zélandais arrivé il y a cinq saisons au club termine son parcours en Béarn avec un dernier match en tant que remplaçant contre Montpellier.
Rentré à l'ouverture à la 49è minute, l'ouvreur néo-zélandais de la Section Paloise aura marqué ses derniers points au pied lors de cette rencontre.
Une pénalité à la 53è minute et une transformation sur l'essai de Nicolas Corato à la 76è minute. 
Touché par des commotions à répétition, il était au repos depuis la fin de l'année dernière. Son contrat qui expirait au 30 juin prochain, se termine avant l'heure, à cause de la crise sanitaire actuelle. Le championnat ne reprendra sûrement pas et le club a accepté son départ.
On peut imaginer la frustration du joueur, obligé de quitter Pau sans pouvoir saluer une dernière fois les supporters.

On est déçu que cela se finisse comme cela, Colin a écrit une belle page du club, il aurait mérité d'être salué comme on sait le faire à chaque départ d'un grand joueur de la Section. Bernard Pontneau, président de la Section Paloise.       

L'ouvreur néo-zélandais Colin Slade / © François Busson France 3
L'ouvreur néo-zélandais Colin Slade / © François Busson France 3

 

Ben Smith et Dominiko Waqaniborotu partent également. 


Pas de surprise pour ces deux joueurs étrangers, le All Black Ben Smith était en contrat jusqu'à la fin de la saison et comme Colin Slade, il a profité de la possibilité de rentrer chez lui avec un vol à destination de la Nouvelle-Zélande, pour partir de Pau.
Son passage aura été de courte durée, notamment sur le terrain. Suspendu après un carton rouge pour ses débuts, il n'aura figuré que cinq fois sur la feuille de match en Top 14 et deux fois en Challenge Européen. Pas le temps de vérifier complètement l'étendu de son talent qu'il pourrait aller exercer au Japon si là-aussi le championnat arrive à reprendre.
 
Pour le capitaine de l'équipe des Fidji, Dominiko Waqaniborotu, l'expérience paloise aura été de courte durée. l'international aux 46 sélections n'a fait que de rares apparitions dans l'effectif palois. Arrivé après la coupe du Monde, comme Ben Smith et Luke Withelock, il n'a joué que quatre matches de Top 14, ( 174 minutes et deux titularisations), le dernier à Brive où son entrée avait marqué le début de la chute paloise.
 

L'australien de 26 ans Matt Philip, est l'arrivée majeure du pack d'avants.


Ce joueur d'1,99m et 115 Kg évoluait aux Melbourne Rebels en Super Rugby. Il aura été la révélation du championnat en Australie, au point de faire partie des éléments capables de revenir dans le XV australien, où il compte déjà trois sélections.
Ce joueur est attendu comme un vrai leader de touche, secteur de jeu qui a été un des points faibles palois durant une partie de la saison.
La Section Paloise avait depuis longtemps pris les devants sur cet élément prometteur et c'est donc avec satisfaction que le staff palois enregistre l'arrivée de ce vrai numéro 4.
 

Conrad Smith, le Néo-Zélandais reste à Pau. / © François Busson FranceTV
Conrad Smith, le Néo-Zélandais reste à Pau. / © François Busson FranceTV

Le néo-zélandais Conrad Smith confirmé dans son rôle de responsable du haut niveau et de la performance.
 

Le staff de la Section est aujourd'hui confirmé dans son ensemble. Ainsi, avec les deux co-managers,Nicolas Godignon et Frédéric Manca, c'est aujourd'hui Conrad Smith qui est prolongé dans son contrat de manager de la performance. Un rôle transversal voulu par la direction du club qui lui permet d'intervenir aussi bien auprès de l'équipe première qu'au sein du centre de formation.
La relève paloise est d'ailleurs mise à l'honneur cette année encore avec la présence de plusieurs joueurs en sélection et notamment le jeune Thibault Debaès, ouvreur de l'équipe de France des moins de 20 ans.
Cette année, le recrutement des jeunes faisait partie des priorités et de nombreux nouveaux éléments devraient intégrer le centre de formation palois.
 

 

© François Busson FranceTV
© François Busson FranceTV

Les finances, un enjeu primordial en cette période de crise.


Depuis le début du confinement, les joueurs comme dans une entreprise normale, ont été placés en chômage partiel. Une prise en charge par l'Etat d'une grosse partie des salaires est venue apporter une aide très importante aux clubs de Top 14. Sans match et leurs nombreuses prestations avec les partenaires, les équipes sont privées de recette. L'exonération des charges fait aussi partie de l'arsenal mis en place pour sauver la situation.
Mais selon une circulaire gouvernementale, cette situation pourrait complètement changer à partir du 1er mai.
Le plafond de prise en charge du chômage partiel serait modifié. Jusqu’ici, l’État compensait 84% du salaire net (environ 70% du brut) dans une limite de 4,5 smic. Dorénavant, le seuil est fixé à 3,15 smic. Au-delà, l’exonération des charges sociales ne sera plus possible. 
La Section, comme les autres clubs, sera donc obligée à nouveau d'assumer des engagements financiers importants sans pour cela avoir de nouvelles recettes. Les joueurs toujours sous contrat jusqu'à la fin juin devront être payés avec les nouvelles règles édictées par l'état.

On ne pourra pas fonctionner sans une baisse des salaires des joueurs pour démarrer la saison à venir. Bernard Pontneau président de la Section Paloise.

Le problème pour les présidents de clubs français est aujourd'hui de construire un budget pour la nouvelle saison tout en tentant de prendre en compte les nouvelles dispositions imposées par la crise du Covid 19. 
Une chose est acquise, les budgets seront en forte baisse, la plupart des partenaires des clubs étant eux-aussi confrontés à la crise. Autre difficulté, dans quelles conditions se dérouleront les rencontres du Top 14 ? Huis clos, entrées limitées pour le public, absence de receptif pour les sponsors ? Autant de questions qui alimenteront les débats pendant les semaines à venir. 
Une baisse des salaires des joueurs est évoquée ouvertement par plusieurs présidents de club, elle permettrait d'alléger la masse salariale et donc d'amoindrir les fonds de réserve rendus obligatoire par la Dnacg, le gendarme financier du rugby.
 

Le président de la Section Paloise Bernard Pontneau / © François Busson FranceTV
Le président de la Section Paloise Bernard Pontneau / © François Busson FranceTV

Retour sur la saison de la Section Paloise.

Partie avec un encadrement remaniée (Nicolas Godignon et Frédéric Manca associés au managérat), la Section Paloise espérait figurer parmi les nouveaux prétendants aux phases finales. Comme la saison dernière, le groupe palois a réussi à faire partie des 8 meilleurs du Top 14 en début de championnat.
C'est au mois de septembre que la Section a figuré dans le haut du classement avec notamment la victoire à Clermont-Ferrand 37 à 28 . Un match dans lequel plusieurs joueurs habituellement remplaçants avaient réussi leur rentrée. On notera aussi que la ligne de trois-quarts particulièrement en vue ce jour là n'a jamais plus figuré dans cette composition le reste de la saison.
Après cette rencontre, les Palois ont enchaîné des résultats irréguliers, avec malgré tout une victoire très importante à Bayonne le 9
novembre dernier. 
La suite s'est avérée beaucoup plus difficile avec une série de sept défaites, dont quatre à domicile contre le Rc Toulon, l'Union Bordeaux-Bègles, La Rochelle et Clermont.
La dernière journée, le 29 février, a vu enfin réagir la Section avec une victoire contre Montpellier 19 à 15, dernier succès de cette saison si particulière.  
Une fois encore, le club béarnais a déçu ses nombreux supporters, la saison qui vient sera forcément très différente et il ne fait pas de doute que ce groupe largement rajeuni, qui vit ensemble depuis maintenant trois ans, aura des atouts à faire valoir. 





 

Sur le même sujet

Les + Lus