Suspicion d'algue toxiques : les plages de Biarritz, Bidart et Saint-Jean-de-Luz fermées à la baignade

Les villes de Biarritz, Bidart et Saint-Jean-de-Luz ont décidé de fermer leurs plages. Une algue, toxique pour les baigneurs, s'y est propagée depuis plusieurs jours. Une réunion est prévue avec l'ARS ce lundi 9 août.

Plus de baignade pour l'instant. La ville de Biarritz a annoncé hier soir, dimanche 8 août, sur son compte facebook la fermeture de ses plages aux baigneurs. En cause : l'algue Ostréopsis ovata qui a pris ses quartiers d'été sur les plages basques, suite aux récentes pluies. 

Réactions et état grippal

Si la ville a décidé de fermer ses plages "par mesure de précaution", c'est que l'Ostreopsis est toxique pour l'homme. Elle provoque en effet des "réactions épidermiques et un état grippal", explique la mairie de Biarritz.

Pour ceux qui auraient été en contact avec ces algues, la Ville conseille de se rendre chez un médecin. Sur les réseaux, les témoignages de baigneurs et surfeurs se multiplient. "Je me suis baignée à Bidart, il y a trois semaines. Le lendemain, mon ventre et mon dos ont commencé à me démanger. J'ai eu une allergie pendant deux semaines qui s’est étendue quasiment sur tout le corps", explique une baigneuse. 

Des symptômes ressentis également par certains promeneurs. "Les embruns en fin de journée sur la jetée de Parlementia ont suffi, j'ai l'impression d’avoir respiré une vapeur vinaigrée et depuis salves d’éternuement et le nez qui coule", raconte une résidente.

"Cette algue, Ostreopsis, d'origine tropicale est connue depuis plusieurs années en Méditerranée. Elle produit un toxine qui a des impacts sur la santé humaine. Depuis 2011, Surfrider suit l'apparition de cette algue et travaillé régulièrement avec les autorités locales méditerranéenne", explique Marc Valmassoni, expert en qualité de l'eau de Surfrider. Après de nombreuses alertes de surfeurs, Surfrider a créé un livret sur cette algue et les réflexes à avoir à son contact.

Pour la fondation, l'apparition de cette algue est directement liée aux changements climatiques."L'apparition d'Ostreopsis, dans cette zone géographique et avec ces impacts nous questionne fortement sur les dérèglements de la biodiversité dus au changement climatique et nous inquiète pour la santé des usagers de la mer", analyse Marc Valmassoni.

Deux autres villes

Mais le phénomène ne concerne pas seulement les plages de Biarritz. Celles de Bidart et Saint-Jean-de-Luz, également contaminées, ont été fermées. Des analyses ont été réalisés dès hier par l'ARS des Pyrénées-Atlantiques. 

Une réunion est organisée ce lundi 9 août, avec les villes concernées, la Communauté Pays Basque, les services de l’Etat et l’ARS pour décider de la suite à donner. 

Réouverture des plages 

Après une réunion avec l'ARS, les plages seront rouvertes, sous surveillance, ce mardi 10 août. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement algues vertes