Cet article date de plus de 7 ans

Des réquisitions plus dures, pour le procès en appel de l'ex-pharmacienne de Bayonnne

Hier soir, l'avocat général a requis une peine plus lourde à l'encontre de Chantal Boix-Dieudionné, condamnée pour escroquerie à la CPAM en première instance en 2012 par le tribunal correctionnel de Bayonne.
L'avocat  Frédéric Dutin et l'ex-pharmacienne Chantal Boix-Dieudonné
L'avocat Frédéric Dutin et l'ex-pharmacienne Chantal Boix-Dieudonné © France 3 Aquitaine
Pour son avocat Frédéric Dupin, "il est incontestable que ma cliente est participé à ce trafic, la question est de savoir si sa participation a été sous influence et manifestement oui, elle a été la victime d'un véritable racket" . Pour la CPAM est reste le pivot d'un système frauduleux de grande ampleur. 

L’avocat général Jean-Bernard Rouch, a requis à l’encontre de Chantal Boix-Dieudionné, une peine plus dure : 5 ans de prison dont 2 ferme, interdiction d'exercer, mise à l'épreuve et indemnisations des parties civiles. 

L’arrêt de la cour d'appel sera rendu jeudi 16 janvier 2014.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice