Trop d'infractions de poids lourds : opération coup de poing ce jeudi sur les routes de Nouvelle-Aquitaine

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.A.

Quatre cents agents de l'Etat sont mobilisés ce jeudi sur les routes de Nouvelle-Aquitaine. Objectif : contrôler le bon respect des règles soumises aux chauffeurs de poids lourds et à leurs employeurs. Leurs véhicules sont trop souvent impliqués dans des accidents graves voire mortels.

"Il va falloir nous donner vos documents, permis de conduire, papiers du tracteur, licence européenne..."

C'est un contrôle très minutieux qui attend ce chauffeur routier périgourdin transportant du bois vers la Gironde. Il vient d'être interpellé sur la rocade bordelaise comme nombre de ses confrères. 

"A quelle heure vous avez démarré ce matin ? "

Tout est vérifié

Son emploi du temps, ses pauses, ses papiers, sa conduite. Tout va être vérifié à l'aide notamment du chronotachygraphe installé dans son véhicule. L'appareil enregistre vitesse, temps de repos, identité du conducteur... 

"Les chauffeurs routiers sont soumis à une règlementation très spécifique" explique la capitaine Antonine de Fermor, adjointe au commandant de la CRS autoroutière d'Aquitaine. "C'est la règlementation sociale européenne". 

Une règlementation très stricte

Cette règlementation s'applique à tous les conducteurs de poids lourds de plus de 3,5 tonnes.

Elle impose notamment une pause de 45 minutes après 4h30 au volant et n'autorise en aucun cas le dépassement de six heures consécutives. Elle prend également en compte la durée de travail hebdomadaire, la rémunération, le volume transporté... Le chauffeur ne doit pas être payé en fonction de la distance parcourue ou de l'importance du chargement par exemple. Rien ne doit encourager l'infraction. 

    "Là, tout semble ok" indique Joëlle Brouca, contrôleuse des transports à la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL).

    Elle dispose d'un simple ordinateur pour lire le chronotachygraphe d'un conducteur espagnol qui vient d'être arrêté sur son point de contrôle mis en place dans les Pyrénées-Atlantiques. L'un des 47 prévus ce jeudi dans les 12 départements de la région.

    "Il n'a toutefois pas les extincteurs conformes et il ne possède pas d'attestation de détachement alors qu'il est en cabotage" ajoute t-elle.

    L'espagnol repartira avec une amende.

    Opération massive

    "Il y a 47 contrôles qui se déroulent au même moment dans toute la Nouvelle-Aquitaine" indique le directeur de cabinet des Pyrénées-Atlantiques,Théophile de Lassus.

    "Nous voulons nous assurer que les poids lourds respectent la sécurité routière et le droit du travail car les accidents liés à aux camions sont évidemment plus graves".

    Un non respect du temps de travail par exemple peut générer un défaut de vigilance, de l'inattention, une surcharge peut provoquer un problème de freinage.

    Théophile de Lassus - directeur de cabinet des Pyrénées-Atlantiques

    source : France 3 Aquitaine

    Au total, ce sont 400 policiers, CRS, gendarmes, douaniers et personnels de la DREAL qui ont été mobilisés pour mener à bien ces opérations. 

    "Le transit des poids lourds est très important dans la région, on est sur un axe sud Europe, nord Europe. Et on sait qu'environ un camion sur cinq contrôlé est en infraction" précise la capitaine de la CRS autoroutière Antonine de Fermor.

    Terre de transit

    La Nouvelle-Aquitaine voit en effet passer des dizaines de milliers de camions chaque jour, essentiellement sur les autoroutes A10 et A63 mais aussi sur le réseau de routes nationales.

    En Charente, la sénatrice socialiste Nicole Bonnefoy se bat depuis des années contre ce transit sur la nationale 10 qui traverse son département.

    Elle dénonce le fait que les transporteurs empruntent ainsi la nationale dans le seul but d'éviter les péages.  

    Une étude menée par la DREAL en 2020 confirme que la moitié voire, plus de la moitié des poids lourds circulant dans la région ne font que passer. 

    Marquer les esprits avant l'été

    L'opération de ce jeudi vise à marquer les esprits avant la période de transhumance estivale.

    "Le timing de l'opération n'est pas anodin évidemment. On est juste avant les grands départs en vacances et on sait que les Français vont pour la plupart rester en France. On aura plus de monde sur les routes" s'inquiète Delphine Balsa, la directrice de cabinet de la préfète de Nouvelle-Aquitaine. Elle a déjà observé une recrudescence d'accidents graves depuis deux ans, elle en redoute une nouvelle.

    En Gironde, depuis le début de l'année on déplore 50 tués sur les routes, alors que l'on était à 35 depuis 5 ans sur la même période avant la crise sanitaire. Il y a une dégradation très importante des comportements, pas provoqués exclusivement par des poids lourds mais ils y contribuent.

    Delphine Balsa - directrice de cabinet Préfecture de Nouvelle-Aquitaine

    source : France 3 Aquitaine

    Delphine Balsa assure que les camions ne seront pas les seuls contrôlés dans les semaines à venir. "Les voitures aussi ont des comportements à risque et tous les risques se superposent. On ciblera aussi les voitures, on ne les oublie pas".

    Voir le reportage de Maria Laforcade et Marc Lasbarrères en Gironde :

    durée de la vidéo: 01 min 47
    Trop d'infractions de poids lourds : opération coup de poing ce jeudi sur les routes de Nouvelle-Aquitaine ©France télévisions