Vaccination des plus de 75 ans : des difficultés pour s'inscrire

Le centre de vaccination de Saint-Léonard-de-Noblat fait partie des six centres ouverts en Haute-Vienne aux personnes âgées de plus de 75 ans. Mais ceux-ci rencontrent des difficultés pour s'inscrire, confrontés aux numéros d'appels saturés. Mêmes difficultés en Xaintrie en Corrèze

Difficultés rencontrées par les personnes de plus de 75 ans pour s'inscrire aux centres de vaccination
Difficultés rencontrées par les personnes de plus de 75 ans pour s'inscrire aux centres de vaccination © Jean-Marie Arnal France 3 Limousin

Numéros d'appel saturés, rendez-vous parfois annulés. La vaccination des plus de 75 ans ne se fait pas sans difficulté. Ces vaccins sont administrés à l'hôpital de proximité de Saint-Léonard, par des médecins libéraux ou retraités. L'inscription est un parcours de combattant, source de stress pour ces personnes souvent isolées chez elles en milieu rural.

Jean-Pierre Micaud est l'une des figures de St Léonard de Noblat. S'il a réussi à s'inscrire pour la vaccination, c'est loin d'être le cas de toutes les personnes âgées du village, comme Jeannine Donarier. Elle a réussi à inscrire son mari via le site internet. Il s'est fait vacciner hier, sans pour autant obtenir de date pour sa seconde injection. Et quand elle a renouvelé l'opération pour s'inscrire à son tour, elle a rencontré une autre difficulté. "On redemande le numéro de téléphone et l'adresse mail mais dans le cas d'un couple il faut pas le mettre mais ça c'est inscrit dans les papiers bien plus bas, donc je l'ai pas vu"Autre résidant de Saint-Léonard, Henri Coulaud, également candidat à la vaccination à 82 ans. Lui, internet il n'en veut pas. Il préfère de loin le téléphone. Mais là aussi, problème. "Je n'ai pas réussi parce que le réseau est saturé, ça sonne occupé à chaque fois"

Saint-Léonard-de-Noblat compte près de 800 personnes âgés de plus de 73 ans, soit un habitant sur cinq. La mairie leur téléphone régulièrement depuis le début de la crise sanitaire et peut les aider à s'inscrire pour la vaccination.

Nous avons un accompagnateur de vie sociale, il peut les aider à se connecter à la plateforme Doctolib pour s'inscrire puisqu'apparemment c'est un peu compliqué, en tout cas c'est ce qui remonte des personnes que nous appelons

Marie Joseph Pery Adjointe au maire chargée des affaires sociales et familiales

Les personnes âgées ont du mal à obtenir un rendez-vous

En Corrèze aussi, en Xaintrie

Louisette Gary, 82 ans, habite à Saint-Geniez ô Merle en Corrèze. Pour elle, le centre de vaccination le plus proche est à 50 minutes en voiture. Un trajet trop long et il est apparu impossible d'avoir un rendez-vous à Tulle en ce moment. Elle a donc décidé de se faire vacciner dans le Lot, où elle possède une maison secondaire. "J'ai demandé à ma fille de prendre rendez-vous pour moi par internet sur Doctolib, elle m'a dit que je pouvais y aller le 11 février pour la première vaccination et le 10 mars pour la seconde"

En Corrèze, 10 centres de vaccination ont été créés mais aucun en Xaintrie. Une situation inacceptable pour le maire de Goulles. "C'est là qu'on voit l'inégalité des chances dans les territoires, entre les urbains et les ruraux. Ils ne vont pas aller faire 50km aller retour pour se faire vacciner" souligne Hervé Rouanne, Maire de Goulles

Pourtant à 30 minutes, la commune d'Argentat est candidate. Salle, listes de médecins et d'infirmières : tout est prêt pour accueillir un centre de vaccination… en vain jusqu'à maintenant.

"Je suis ravie de voir tous ces centres de vaccination corréziens ouverts mais une certaine partie du territoire reste encore sans centre, je serai encore plus ravie quand ce ne sera plus le cas, c'est une question de justice" souligne Nicole Bardy, Maire d'Auriac et Présidente de la communauté de communes Xaintrie Val Dordogne.

Car la stratégie des autorités est celle de l'efficacité : ouvrir des centres d'abord dans les hôpitaux, puis dans les maisons de santé, avant d'engager les communes, comme le souligne Salima Saa, Préfète de la Corrèz "Nous ouvrirons en février en priorité les centres d'Argentat et d'Uzerche lorsque nous recevrons les vaccins Moderna"

Depuis janvier, 3500 corréziens ont déjà été vaccinés.

Une première en France avec le CHU de Limoges : expérimentation d'une équipe mobile

Pour faciliter également l'accès de ces personnes isolées à la vaccination contre le coronavirus, le CHU de Limoges expérimente une équipe mobile ce jeudi 21 janvier. Cette expérimentation se fait en lien avec la médecine libérale et la maison de santé pluridisciplinaire (MSP) de La Jonchère Saint-Maurice en Haute-Vienne. L'équipe, constituée de deux médecins et d'une infirmière, est venue prêter main forte aux médecins libéraux. Une première en France, menée pour assurer l'accès aux vaccins, en zone rurale; L'objectif est en effet d'apporter une réponse de proximité aux besoins de la population en matière de vaccination, notamment auprès des personnes à mobilié réduite.

Parmi les personnes qui ont profité de cet après-midi de vaccination par cette équipe mobile, cette habitante de Bersac sur Rivalier, 77 ans, Joëlle Pinault. Si passer par la vaccination était pour elle une évidence pour espérer revoir plus vite des membres de sa famille, elle a souhaité éviter de se rendre dans un grand centre de vaccination à Limoges. 

L'équipe mobile est satisfaite par le nombre de rendez-vous pris cet après-midi et estime l'initiative concluante. Elle permet d'apporter la vaccination dans une maison de santé pluridisciplinaire de leur commune, voire à leur domicile. Elle a vocation à s'étendre sur l'ensemble des départements limousins. Les élus pourraient être amenés à compléter un tel disposif par la mise à disposition de transports à destination des lieux de vaccination. Très prochainement, des équipes mobiles d'Esquirol se rendront dans des foyers d'accueil médicalisés, public visé : les personnes en situation de handicap. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société