La vache Limousine, plusieurs siècles d'histoire

La Limousine, une des vaches les plus prisées pour la qualité de sa viande / © cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine
La Limousine, une des vaches les plus prisées pour la qualité de sa viande / © cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine

La Limousine, une race bovine identifiée dès le 18e siècle et qui aurait bien pu disparaître sans la ténacité d'un groupe d'éleveurs. Aujourd'hui, rien qu'en France, elle est la 2e race la plus prisée pour sa viande avec 1,2 million de vaches.

Par Martial Codet-Boisse

Les premiers écrits témoignant de la race bovine limousine datent du XVIIIe siècle. Sa viande, réputée, intéresse les boucheries parisiennes. Pendant 2 siècles, et notamment sous l'intendant Turgot, le Limousin, leur envoyait ses vaches, à 15 jours de marche. En ce temps-là, la Limousine ne pesait que 400 kilos mais avait de grandes qualités adaptées au terroir.

C'était un animal qui avait un squelette très fin, cela donnait un animal rustique qui avait un très bon rendement en viande. Philippe Grandcoing, historien

La Limousine, une vache dont on retrouve la trace depuis le 18e siècle / © Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine
La Limousine, une vache dont on retrouve la trace depuis le 18e siècle / © Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine
Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le Limousin avait de très petites exploitations. Cette vache polyvalente y tirait de lourdes charges, et mangeait un peu de tout, y compris des châtaignes. Puis de grands propriétaires terriens ont augmenté la productivité des cultures, modifié l'alimentation bovine. 

Dans les années 1850/1860, le chemin de fer arrive en Limousin ce qui permet à la fois d'exporter des animaux jeunes mais aussi d'acheter du blé venant d'autres régions. Philippe Grandcoing, historien

En 1886, une poignée d'éleveurs crée le Herd-Book Limousin, qui fixe les caractères de la race. A l'après-guerre, le tracteur a failli la faire disparaître. Seule planche de salut pour cette vache de travail: devenir un animal uniquement recherché pour sa viande. Dans les années 60, un noyau d'éleveurs décide de sauver et relancer la race.

C'est Louis de Neuville qui a été l'ambassadeur de la Limousine à l'étranger, d'une race régionale elle est devenue mondialement connue. Bernard Roux, président du conseil international de la Limousine

En 1886, la création du Herdbook reconnaît la race Limousine / © Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine
En 1886, la création du Herdbook reconnaît la race Limousine / © Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine

Un squelette fin, beaucoup de viande, des qualités maternelles sont aujourd'hui les caractéristiques de la race. Depuis 10 ans, la génomique a permis de rendre bien plus rapide et efficace la sélection génétique. Le séquençage du bovin a été adapté à la Limousine pour faire de la sélection. Sur 8 millions de vaches en France, la Limousine arrive juste derrière la Charolaise, une race actuellement présente dans 80 pays et qui dispose d'un outil de promotion unique avec le Pôle de Lanaud.
 

La vache Limousine, plus de 3 siècles d'histoire
La Limousine, une race bovine identifiée dès le 18e siècle et qui aurait bien pu disparaître sans la ténacité d'un groupe d'éleveurs. Aujourd'hui, rien qu'en France, elle est la 2e race la plus prisée pour sa viande avec 1,2 million de vaches. Intervenants : Bernard Roux Président du conseil international de la Limousine, Philippe Grandcoing, historien co-auteur livre "La belle Limousine", Jean-Marc Alibert Président du Herd-Book Limousin Président de France Limousin Sélection, Raymond Julien professeur honoraire de génétique animale- spécialiste de la génomique (co-auteur de "la Belle Limousine"). Equipe : Cécile Descubes, Jean-Marie Arnal, Leo Aubisse, Philippe Ruisseaux.

 

Sur le même sujet

Bergerac : des consultations en télémédecine en accès direct depuis la pharmacie

Les + Lus