Cet article date de plus de 4 ans

Nucléaire: un réacteur de la centrale de Civaux à l'arrêt pour vérification

EDF annonce l'arrêt anticipé de cinq réacteurs nucléaires supplémentaires en France dans le cadre des investigations menées sur 18 réacteurs dont les générateurs de vapeur pourraient présenter une anomalie dans la composition de l'acier. Dans la Vienne, la centrale nucléaire de Civaux est concernée.
durée de la vidéo: 01 min 47
Un réacteur de la centrale de Civaux à l'arrêt pour vérification
En juin, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait demandé à EDF de mener des essais complémentaires sur les générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs nucléaires français, potentiellement affectés par le même défaut que celui qui affecte le couvercle et le fond de la cuve de l'EPR en construction à Flamanville dans la Manche. 
Certains fonds primaires de ces générateurs, fabriqués par Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ou par JCFC au Japon, pourraient présenter une zone de concentration importante en carbone, qui affaiblissent leurs propriétés mécaniques.

"Après échange avec l'ASN, EDF va poursuivre l'audit sur les cinq derniers réacteurs qui restent à auditer sur la teneur en carbone, avant la fin de l'année. Cet audit doit être fait réacteurs à l'arrêt",  indique l'AFP.


Contrôles à faire "sous trois mois"


Ces arrêts devraient être "de courte durée", à savoir "quelques semaines" et mis en place probablement avant l'hiver. EDF avait programmé ces arrêts entre fin 2016 et 2017 mais l'ASN lui demande de réaliser ces contrôles "sous trois mois". 
Le réacteur 1 de la centrale de Civaux (Vienne) est concerné par ces opérations de vérification anticipée. L'arrêt n'était programmé qu'au mois de mars. Les autres sont situés dans les centrales du Tricastin (Drôme), Fessenheim (Haut-Rhin) et Gravelines (Nord)
Sur les 13 autres réacteurs concernés par ces investigations, six ont déjà pu redémarrer et sept autres sont dans l'attente d'un feu vert de l'ASN. A Civaux, cette décision tombe alors que le second réacteur de Civaux est déjà à l'arrêt pour rechargement. 


Le prix de l'électricité en hausse


Fin septembre, EDF avait annoncé avoir réduit ses objectifs d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et de production nucléaire française pour 2016 en raison notamment d'arrêts prolongés de réacteurs dus à ces contrôles.
RTE, le gestionnaire du réseau électrique français à haute tension, indique que 22 tranches nucléaires étaient à l'arrêt ou en service partiel mardi, notamment pour des maintenances techniques planifiées.
Ces indisponibilités ont fait grimper les prix de gros de l'électricité ces dernières semaines, alors que le nucléaire produit environ trois quarts de l'électricité en France. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société sécurité