Comment la centrale nucléaire de Civaux fait-elle face à la canicule ?

En période de canicule, les centrales nucléaires sont obligées de moduler leur puissance de production pour limiter l'échauffement de l'eau prélevée dans les rivières. A Civaux, la direction de la centrale nucléaire explique que les équipements permettent de produire sans problème.

© Anne-Marie Baillargé (France Télévisions)
La canicule qui frappe la France début août a aussi des conséquences sur les centrales nucléaires.
Ces jours derniers, EDF a arrêté plusieurs réacteurs nucléaires (voir encadré).

Dans le fonctionnement d’une centrale nucléaire en bord de fleuve, l’eau de celui-ci est utilisée pour refroidir la vapeur du circuit secondaire qui alimente les turbines, avant d’être rejetée dans le fleuve.

Selon le Monde, Pierre-Franck Chevet, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, avait estimé en juin 2018 devant la commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire qu’il existe « de ce point de vue, des sites plus sensibles que d’autres. Les sites en bord de rivière identifiés comme les plus sensibles sont ceux de Civaux, Bugey, Saint-Alban, Cruas, Tricastin, Blayais, Golfech et Chooz ».
Vous pouvez consulter ce rapport ici.

Rapport de la commission d'enquête sur la sécurité et sûreté nucléaire


Anne-Marie Baillargé et Lucas Baron se sont rendus à la Centrale de Civaux pour voir comment le site faisait face à la canicule.

Selon la direction, la Centrale de la Vienne possède six tours rafraîchissantes qui permettent de produire sans problème.

Les responsables précisent d'ailleurs que c'est la seule centrale à posséder quatre tours supplémentaires munies de très puissants ventilateurs.

Reportage d'Anne-Marie Baillargé, Lucas Baron et D. Vador.

Intervenants :Janick Jacquemard, Directeur adjoint de la centrale nucléaire de Civaux; Xavier Martin, Technicien à la centrale nucléaire de Civaux.
Comment la centrale nucléaire de Civaux fait-elle face à la canicule ?
Canicule: arrêt d'un réacteur de la centrale de Fessenheim
EDF a indiqué ce samedi avoir mis à l'arrêt l'un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) en raison des fortes chaleurs.
    Au total, ce samedi quatre réacteurs de centrales nucléaires en France étaient arrêtés en raison de la canicule: un à Fessenheim, deux à la centrale de Bugey dans l'Ain et un dans celle de Saint-Alban en Isère, a détaillé un porte-parole d'EDF.
Les réacteurs n°2 de Fessenheim et de Saint-Alban ont eux une production réduite.
    "Le 4 août, à 4h09, l'unité de production n°1 de la centrale de Fessenheim a été mise à l'arrêt de manière programmée en raison des conditions climatiques actuelles et pour respecter les autorisations de rejets thermiques dans le Grand Canal d'Alsace", indique EDF sur son site internet.
    EDF avait déjà réduit dès vendredi la production du réacteur n°2 pour les mêmes raisons.
    La plus vieille centrale du parc nucléaire français, dont la fermeture est programmée lorsque l'EPR de Flamanville entrera en activité, prélève de l'eau dans le Grand Canal d'Alsace pour refroidir ses réacteurs et alimenter ses circuits de fonctionnement, puis la rejette.
    En cas de fortes chaleurs, la centrale doit moduler sa production, afin de limiter l'échauffement de l'eau prélevée puis restituée au Grand Canal d'Alsace, dont la température moyenne journalière ne doit pas dépasser 28 degrés.
    Le département du Haut-Rhin a été placé en vigilance "orange" canicule comme 66 autres départements en France.
    Un réacteur de la centrale nucléaire de Saint-Alban et un autre de celle du Bugey ont également été arrêtés déjà vendredi, afin d'éviter une hausse trop importante de la température du Rhône.
    Cette moindre production nucléaire d'EDF intervient en une période où la demande d'électricité est réduite, notamment avec la baisse de l'activité économique liée aux congés du mois d'août.
  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société canicule météo