Coronavirus : à Poitiers, le parc de Blossac reste ouvert à condition de respecter les règles

Alors que la plupart des lieux publics ferment les uns après les autres, à Poitiers le maire a décidé de laisser ouverts les parcs. Un accès qui reste encore possible, mais sous certaines conditions.

Le parc de Blossac à Poitiers est encore ouvert
Le parc de Blossac à Poitiers est encore ouvert © Louis Claveau, France Télévisions
Les plages du littoral sont interdites d'accès, les bords de Seine à Paris sont fermés, comme la promenade des Anglais à Nice. La plupart des villes françaises ont pris des décisions très strictes pour que le confinement soit respecté et que les rares sorties autorisées par dérogation ne deviennent pas des rassemblements de passants ou de joggers.

À Poitiers, les choses sont un peu différentes. Après avoir fermé les parcs, le maire, Alain Claeys vient de décider de les rouvrir.
 

La décision que j'ai prise, et qui pourra être remise en cause si les consignes ne sont pas strictement respectées, c'est d'ouvrir.
- Alain Claeys, maire de Poitiers


Le parc de Blossac, d'une surface de neuf hectares en plein coeur de Poitiers, est donc ouvert.

Le parc de Blossac à Poitiers ouvert sous conditions
Le parc de Blossac à Poitiers ouvert sous conditions © Louis Claveau, France télévisions


Mais il y a des règles. Une seule entrée est accessible, un agent municipal se tient à l'entrée pour ne pas laisser passer plus de 100 personnes. À l'intérieur, les regroupements sont interdits, on doit rester à plus d'un mètre les uns des autres. Il s'agit pour la mairie de permettre aux gens habitant près d'un parc de pouvoir effectuer une petite promenade quotidienne autorisée par dérogation, ou un footing, à condition d'habiter le quartier. Et le maire est catégorique :

 Tant que nous le pouvons, nous laissons des petits espaces de liberté. Mais si ça ne marche pas, nous fermons, définitivement.
- Alain Claeys


Une décision que ne comprennent pas forcément très bien les poitevins. Cette promeneuse par exemple s'interroge :

À la télé, on nous dit non, ici on nous dit oui. Moi je veux savoir ce qu'il faut faire, on voudrait comprendre


Mais pour le maire, il y a une explication. Il pense en effet aux habitants des quartiers qui vivent parfois à cinq ou six dans un T3.

Pour ces habitants-là, le confinement est bien plus dur que pour ceux qui ont une maison avec un petit jardin. Il ne faudrait pas rajouter une crise sociale à cette crise sanitaire.
- Alain Claeys.

Les Poitevins sont prévenus, s'ils ne respectent pas les règles, ils seront verbalisés et les parcs seront fermés.

Reportage Marie-Noëlle Missud, Louis Claveau et Christophe Pougeas :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter