Grand Poitiers : un conseil communautaire houleux

Sur fond de conflit autour du vote du budget, la présidente de Grand Poitiers a choisi de retirer leurs délégations à trois vice-présidents issus de l'opposition. Les conseillers communautaires étaient appelés à se prononcer à main levée.
Séance houleuse au conseil communautaire de Grand Poitiers ce lundi 12 juillet
Séance houleuse au conseil communautaire de Grand Poitiers ce lundi 12 juillet © Thomas Chapuzot (FTV)

Ambiance pour le moins tendue pour ce conseil communautaire de Grand Poitiers. "Fracture, cicatrices, autoritarisme, démocratie, gâchis", ces mots sont revenus dans de nombreuses prises de parole. "Quel spectacle donnons-nous ?" se sont interrogés certains.

L'assemblée des 86 élus des 40 communes de Grand Poitiers devait se prononcer sur la ré-organisation de l'exécutif communautaire.

Anthony Brottier, Jérôme Neveux et Gérard Herbert se sont vus retirer il y a une dizaine de jours leurs délégations de vice-présidents de Grand Poitiers par la présidente Florence Jardin.

Elle leur reproche leur manque de loyauté, d'implication sur leurs dossiers et de respect envers elle, fréquemment taxée d'être la marionette de la maire de Poitiers. Un conflit "matérialisé" récemment par leur refus ou abstention sur le vote du budget. Position qu'elle juge incompatible avec une présence au sein de l'éxécutif.

De l'interprétation de la gouvernance

Depuis cette annonce, les uns et les autres se sont exprimés par articles interposés, et le vote de ce lundi devant acter ces changements s'annonçait rugueux.

C'était d'ailleurs le ton donné dès l'ouverture de la séance. Gérard Herbert, maire de Chauvigny, a d'abord longuement pris la parole pour dénoncer son éviction. Dans la foulée, il a annoncé sa démission pour éviter d’imposer à ses collègues d’avoir à voter sa destitution.

S’en sont suivies plusieurs passes d’armes avec la présidente Florence Jardin entres autres sur la légalité d’une telle procédure. Finalement, le vote concernant sa délégation est repoussé à une date ultérieure, le temps que sa démission soit reçue en préfecture.

Les deux autres vice-présidents en délicatesse, Anthony Brottier, conseiller municipal de Poitiers et Jérôme Neveux, maire de Jaunay-Marigny, ont également pris la parole pour fustiger la méthode, dénoncer une sanction qui met à mal la gouvernance d'union de la communauté, et met sur la touche les territoires ruraux.

La gouvernance, son esprit, c'était en filigrane le coeur du débat... Beaucoup ont rappellé le difficile chemin de la mandature précédente pour "digérer" le passage de la communauté de 13 communes à 40. Stabilité fragile entre urbain et rural...

Léonore Moncond'huy, la maire de Poitiers, a estimé de son côté que "participer à cette gouvernance ne doit plus être vue comme un dû, mais un devoir…". "Une gouvernance collégiale, avait-elle précisé en introduction, c'est une stratégie moins confortable, moins évidente" Pour répondre aux accusations de trop grande proximité entre les deux femmes, elle a également déclaré "c’est bien la présidente qui prend ses décisions".

Quelle cohésion maintenant ?

Alain Claeys, ancien maire de Poitiers et ancien président de Grand Poitiers, a longuement pris la parole en tant que conseiller communautaire pour appeler à l’apaisement. "Pourquoi prendre le risque de la rupture ?". Lors du vote, il s'est toutefois prononcé contre le retrait de ces délégations de vice-présidents.

Position délicate pour Claude Edelstein, maire de droite de Chasseneuil-du-Poitou, mais vice-président Rapporteur Général et des Finances à Grand Poitiers. "Il va donc encore falloir faire des choix, il faut absolument de la concertation. J'ai un sentiment d’échec, on n'a pas réussi à suffisamment échanger entre nous. Il faut partager le maximum pour rapprocher les idées et réussir la communauté urbaine." Il a choisi de s'abstenir.

Résultat de votes :

- Pour le retrait de sa délégation à Jérôme Neveux 46 voix ; contre 22 voix ; 15 abstentions.

- Pour le retrait de sa délégation à Anthony Brottier 46 voix ; contre 20 voix ; 17 abstentions.

Parmi les autres délibérations adoptées, leur remplacement par Isabelle Mopin, élue vice-présidente en charge des continuités et de la valorisation urbain / rural, du pluvial et de la prévention des inondations, DECI, et schéma de randonnées et par Maxime Pedeboscq, élu vice-président en charge des sports.

Reste à voir quelle sera l'ambiance des prochaines séances... Mais à entendre les positions des uns et des autres, des traces de cet épisode resteront...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique polémique société