Les Vacances de Mr Haydn 2021: le directeur artistique, Jérôme Pernoo, sera bien présent du 16 au 19 septembre

Jérôme Pernoo assistera bien au festival international de musique de chambre, Les Vacances de Mr Haydn, dont il est directeur artistique. L'équipe annonce qu'elle n'a "aucun doute" sur sa probité après les révélations de Médiapart sur une "enquête préliminaire" ouverte pour "agression sexuelle".
Jérome Pernoo, directeur artistique du festival de musique "Les vacances de Monsieur Haydn" 20 septembre 2020
Jérome Pernoo, directeur artistique du festival de musique "Les vacances de Monsieur Haydn" 20 septembre 2020 © Laurent Gautier - France Télévisions

Le fondateur des Vacances de Monsieur Haydn, Jérôme Pernoo, arrivera dès ce lundi soir à La Roche-Posay dans la Vienne pour préparer l'ouverture de l'édition 2021, prévue du 16 au 19 septembre, malgré la tempête médiatique dont il fait l'objet après l'ouverture d'"une enquête préliminaire" pour "agression sexuelle", révélée par nos confrères de Médiapart.

"Monsieur Haydn brûle de partager avec vous l’atmosphère joyeuse, conviviale et inspirante de son incontournable festival !", c'est en ces mots que Jérôme Pernoo, le directeur artistique des Vacances de Monsieur Haydn, conclut son éditorial sur la page internet du festival international de musique de chambre.

Le fondateur de cet événement artistique fait toujours partie de l'équipe du festival.

"Jérôme Pernoo est directeur artistique du festival depuis 17 ans et il le restera encore pour les 17 prochaines années", affirme son assistant. La présence du violoncelliste est aussi confirmée par Marie-José Monnot, la présidente du conseil d'administration des Vacances de Monsieur Haydn qui précise que l'équipe du festival "n'a aucun doute quant à la probité de Jérôme Pernoo". 

Ce lundi 13 septembre, Jérôme Pernoo n'a pas souhaité répondre à notre demande d'interview.

Le 8 juin 2021, Médiapart lance un pavé dans la mare dans un article intitulé, Conservatoires : le#MeToo de la musique classique. Le journal annonce alors que le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMD) a suspendu mi-mars un professeur de violoncelle à la suite de témoignages pour violences sexuelles.

Une enquête préliminaire

Selon le site d’information ces "témoignages ont conduit à un signalement au procureur de la République et à l'ouverture d'une enquête interne". Médiapart révèle alors "qu’une enquête préliminaire a été ouverte le 20 avril du chef d'agression sexuelle sur mineur". Les investigations auraient été confiées à la Brigade de protection des mineurs. 

De son côté, l'un des conseils de Jérôme Pernoo, joint au téléphone ce 13 septembre, insiste sur le fait que son client n'a pas été mis en examen ni même entendu par la justice. 

Aucun des faits pénalement qualifiables évoqués dans la presse n'a été retenu à son encontre, en dépit d'une enquête réalisée exclusivement à charge.  

Hervé Termine et Christine Heydari-Malayeri, avocats au barreau de Paris

Hervé Termine et Chirine Heydari-Malayeri, avocats au Barreau de Paris, notent que depuis, le Conservatoire a abandonné le projet de licenciement pour faute grave de Jérôme Pernoo.

Dans un communiqué diffusé le 9 septembre, les avocats du violoncelliste expliquent qu'"aucun des faits pénalement qualifiables évoqués dans la presse n'a été retenu à son encontre, en dépit d'une enquête réalisée exclusivement à charge. Il avait d'ailleurs été réintégré par sa hiérarchie dans les effectifs de l'établissement dès le 16 juillet 2021."

Dans son édition du 8 juin, Médiapart indiquait alors que "dans le cadre de l'enquête interne du conservatoire, ont été décrits des attouchements envers plusieurs jeunes garçons, mineurs, qui seraient intervenus en dehors du CNSMD. Les faits présumés se seraient déroulés sur plus d'une dizaine d'années".

Co-fondateur du festival international de musique de chambre de La Roche-Posay en 2005, Jérôme Pernoo continue, selon son équipe, d’assurer la programmation et le recrutement des musiciens.

"Nous n’avons jamais eu de problème concernant Jérôme Pernoo", a insisté ce lundi Nora Conan, la directrice exécutive du festival qui précise n’avoir jamais eu échos des griefs qui sont reprochés au violoncelliste.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture faits divers