L'UFC -Que Choisir dénonce la toxicité des encres de tatouage

Sur vingt encres de tatouages analysées par des experts à la demande de l'UFC-Que Choisir, seules cinq d'entre elles répondent aux normes, selon une étude dévoilée par l'association. La grande majorité contient des produits chimiques cancérigènes, au-dessus des seuils réglementaires. 

Des flacons d'encres de tatouages entreposées dans un salon berlinois. Photo d'illustration.
Des flacons d'encres de tatouages entreposées dans un salon berlinois. Photo d'illustration. © JOHN MACDOUGALL / AFP

Les encres utilisées par les tatoueurs en France sont-elles dangereuses pour l'organisme ? C'est la question posée par l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. Pour y répondre, elle a fait analyser en laboratoire vingt encres "parmi les plus utilisées en France".

Et les résultats des tests se sont révélés particulièrement mauvais, car 75 % des échantillons contiennent des substances toxiques, pour la plupart cancérigènes, à des niveaux dépassant les seuils réglementaires. 

"Seules cinq encres répondent aux différentes normes en la matière", souligne l'UFC, alors que les Français sont plus en plus nombreux à passer sous l'aiguille. En 2017, un sondage réalisé par l'IFOP montrait que 27 % des moins de 35 ans étaient tatoués. 

"Nous avons alerté les producteurs et les importateurs de produits, sans réponse de leur part. Nous avons donc saisi les services de la répression des fraudes pour obtenir le rappel de l'ensemble de ces références présentes sur le marché. Un rappel en France, mais aussi dans toute l'Union Européenne" indique Raphaël Bartolomé, Responsable juridique UFC-Que choisir. 

📢 Encres de #tatouage : 75% des produits testés présentent un risque sanitaire élevé ! Face au danger, l’UFC-Que Choisir...

Publiée par UFC-Que Choisir sur Jeudi 18 février 2021

Dans un salon de tatouage situé à Jaunay-Marigny, près de Poitiers, cette alerte de l'UFC ne semble pas inquiéter les clients. "[Nous n'avons] jamais eu aucun problème avec les encres. Généralement, les problèmes sont liés aux soins après tatoo, aux crèmes utilisées pour les soins" réagit Maya, tatoueuse depuis trois ans.

Son collègue Loulou reconnaît un manque de transparence : "Nous n'avons pas connaissance à 100 % de la composition, nous avons des fournisseurs français qui sont aux normes, ce sont eux qui savent ce qu'il y a dedans, nous on est juste des consommateurs, on achète et on utilise." 

De son côté, le syndicat national des artistes tatoueurs se défend en indiquant qu'aucune étude scientifique n'a établi de lien de causalité entre tatouages et cancers. 

L'UFC-Que Choisir, à la suite de tests en laboratoire, a décidé de saisir la DGCCRF et l'ANSM sur plusieurs encres de...

Publiée par S.N.A.T. syndicat national des artistes tatoueurs sur Jeudi 18 février 2021

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société consommation économie