"Ma compagne accouche dans la voiture" : un couple est emmené par les gendarmes jusqu'à la maternité de Poitiers

Le 20 décembre dernier, les gendarmes de la brigade motorisée de Lusignan (Vienne) ont arrêté une voiture circulant à vive allure sur la route de Poitiers. À bord : deux futurs parents en panique.

L'histoire se termine bien, mais il en s'en est fallu de peu. "À cinq minutes près, on arrivait trop tard à la maternité" raconte Samuel Robert, "ma compagne n'aurait pas pu avoir de péridurale, ni de césarienne." 

Le jeune papa de Soan a du sourire dans la voix, mais il n'est pas près d'oublier les circonstances de la naissance de son fils. "On était chez nous à Bougon lorsque le travail a commencé et c'est allé bien plus vite que prévu." Le couple prend alors la route vers l'hôpital de Poitiers, après avoir appelé le SAMU. "Ils nous ont dit, venez sans tarder."

On a pensé que c'était un chauffard, mais en fait c'était un futur papa en panique.

Maréchal des logis chef Yves Corbin

Cinquante minutes de voiture séparent leur village situé dans les Deux-Sèvres, du CHU, et Samuel Robert appuie un peu sur le champignon. "Je doublais dès que je pouvais dans les lignes droites"

La suite, c'est le maréchal des logis chef Yves Corbin de la brigade motorisée de Lusignan qui la raconte. Il patrouillait à bord d'une voiture banalisée avec son collègue Florian Capellier. "À un moment, une voiture nous a dépassé à vive allure. On a pensé que c'était un chauffard, mais en fait c'était un futur papa en panique qui nous a dit "ma femme est sur le point d'accoucher, c'est urgent, on nous attend à l'hôpital"

Sans eux, c'est sûr, notre fils serait né dans la voiture.

Samuel Robert

Les militaires décident alors d'ouvrir la route au couple jusqu'à la maternité où la future maman a été prise en charge. Le petit Soan est venu au monde peu de temps après, au terme d'un accouchement un peu compliqué. "Sans eux, c'est sûr, notre fils serait né dans la voiture" conclue Samuel Robert qui n'a eu de cesse de retrouver ses sauveurs pour les remercier. "Quand on sera remis de tout ça, on leur enverra un faire-part et une bouteille." 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité