VIDÉO. Musique douce et lumière tamisée, voici le dispositif innovant Réa relax du CHU de Poitiers, après une opération du cœur

Publié le Mis à jour le
Écrit par E. Gérard avec M. Arribe
Le CHU de Poitiers veut soulager les patients qui viennent de subir une chirurgie cardiaque grâce à un dispositif innovant. ©France télévisions

Cette expérimentation initiée par deux soignants du CHU de Poitiers vise à soulager les patients du service de chirurgie cardiaque.

La chambre est plongée dans la pénombre. Les lumières crues du néon ont été éteintes. Sur le plafond blanc, un disque de lumière tourne. Posée au pied du lit, une colonne de bulles effervescentes alterne les couleurs : tantôt vert, tantôt violet. L'enceinte audio joue une petite musique douce. On croit distinguer au loin le bruit de l'eau qui coule.

C'est à cela que ressemblent les séances de "Réa Relax" initiées par deux soignants du centre hospitalier de Poitiers. Dans la chambre où elles se déroulent, tout a été soigneusement préparé. "On veut s'assurer qu'il y ait le moins d'alarme possible" explique Anthony Lamy, l'un des porteurs de ce projet, "éviter par exemple qu'un pousse seringue se mette à sonner parce qu'il est vide". Le temps de la séance, les moniteurs et leurs incessants bip-bip sont donc postés à l'extérieur de la chambre. "Il faut que le patient se concentre sur la musique et la lumière, sans élément perturbateur pendant sa relaxation" indique-t-il encore. 

Notre but, c'est qu'on puisse, pendant une demi-heure, attirer l'attention de nos patients sur autre chose que sur leur corps et leur douleur.

Aurélie Girault, infirmière

Jean-André, 67 ans, vient de faire ses deux premières séances. Opéré à cause d'un essoufflement persistant, il a subi une lourde opération. Remplacement de la valve cardiaque. "On m'a carrément arrêté le cœur, c'est stressant" confie-t-il, "je n'ai plus 20 ans, on se demande si ça va redémarrer".  C'est pour soulager son anxiété et ses douleurs post-chirurgie qu'il a fait de la "Réa relax". 

"Notre but, c'est qu'on puisse, pendant une demi-heure, attirer l'attention de nos patients sur autre chose que sur leur corps et leur douleur" argumente Aurélie Girault. Infirmière dans le service de chirurgie cardiaque, elle est, avec son collègue Anthony Lamy, à l'initiative de ce dispositif innovant qui compte pour le moment une cinquantaine de patients-test. "Pour valider notre hypothèse, il nous en faudra 110" complète Aurélie Girault. 

Je n'étais plus à l'hôpital, j'étais dans mon monde à moi et j'étais bien, j'étais zen.

Jean-André, patient de chirurgie cardiaque

Déjà testée en gériatrie ou en pédiatrie, la "Réa relax" n'ambitionne pas seulement d'apaiser la douleur et l'anxiété des patients de chirurgie cardiaque. Elle vise aussi à réduire le risque d'apparition du délirium ou d'hallucination. "Si on arrive à montrer qu'un moment de détente avec ce dispositif permet d'avoir un impact significatif, on pourra le diffuser dans d'autres services, ou sur d'autres patients de réanimation" s'enthousiasme Aurélie Girault. Il faudra attendre la fin de l'étude pour en valider les résultats. 

Jean-André lui a déjà son avis sur la question. "Le premier jour, ça m'a fait un peu bizarre, mais maintenant, je trouve ça génial" analyse-t-il, "pendant la séance, je n'étais plus à l'hôpital, j'étais dans mon monde à moi et j'étais bien, j'étais zen."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité