Poitiers : un “indice de durée de vie” pour lutter contre l'obsolescence programmée

Brune Poirson, secrétaire d'Etat à l a transition écologique et solidaire, en visite à la Regratterie à Poitiers. / © France 3
Brune Poirson, secrétaire d'Etat à l a transition écologique et solidaire, en visite à la Regratterie à Poitiers. / © France 3

Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la transition écologique et solidaire, était hier à Poitiers pour visiter la Regratterie et la Filature de Ligugé, deux lieux dédiés au développement durable. Elle a confirmé que le gouvernement entend lutter contre l'obsolescence programmée.

Par C.Hinckel et AFP

Pendant sa visite à La Regratterie, une boutique basée sur le recyclage, Brune Poirson a indiqué que le gouvernement réfléchit à "un indice de durée de vie"  pour les produits électroniques et électroménagers afin de lutter contre l'obsolescence programmée.

Cet indice ressemblerait à l'étiquette-énergie et attribuerait aux produits une note allant de un à dix en fonction de divers critères, comme la robustesse ou la "réparabilité" du produit par exemple.

"L'idée c'est d'avoir un indice précis d'information claire et précise sur la durabilité des produits mais aussi sur leur robustesse et leur durabilité" a précisé la secrétaire d'Etat. 

"Une aberration écologique et économique"

D'abord implanté de manière volontaire jusqu'au 1er janvier 2020, le dispositif deviendrait ensuite obligatoire.
"Agir pour allonger la durée de vie des produits, c'est lutter contre une double aberration, écologique et économique", a déclaré la secrétaire d'Etat Brune Poirson lors de son déplacement à La Regratterie, un atelier de recyclage installé à Poitiers.

"Nous pensons que les consommateurs souhaitent et veulent consommer des produits qui ont une durée de vie plus longue" précise-t-elle.

Autre dispositif évoqué pour diminuer le gaspillage: l'utilisation de la fiscalité pour encourager le développement d'une filière de réparation de produits, comme par exemple l'instauration d'une TVA réduite pour les réparateurs d'objet.


Les exemples poitevins

Pour défendre ses propositions, le gouvernement rappelle que, selon une étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) datant de 2015, "dans 60% des pannes, le consommateur n'essaye pas de faire réparer son produit et il ne fait jamais réparer si le coût est supérieur à 30% du prix du neuf".
Une feuille de route sur l'économie circulaire doit être publiée par le gouvernement en mars. Auparavant, Brune Poirson aura effectué un tour de France des initiatives réussies dans le domaine comme celles développées à Poitiers à La Regratterie et aux Usines Nouvelles de la Filature de Ligugé. 

Le reportage de Jérôme Vilain, Laurent Gautier et Maylis Gimenez :

Brune Poirson

 

Sur le même sujet

Paroles d’anciens : James Drogue, 94 ans et toujours sur son vélo

Les + Lus