Le Théâtre Auditorium de Poitiers privé de 100.000 euros par la région Nouvelle-Aquitaine

La culture sera-t-elle la première à devoir se serrer la ceinture ? Après 2 mois de confinement, et des spectacles annulés sur toute la fin de la saison, le TAP vient d'apprendre que le conseil régional s'apprête à diminuer sa subvention de 100.000 euros pour 2020. Le directeur du théâtre s'insurge.

Mauvaise surprise ce mardi 12 mai pour l'équipe du TAP dont la saison 2019-2020 est déjà prématurément terminée
Mauvaise surprise ce mardi 12 mai pour l'équipe du TAP dont la saison 2019-2020 est déjà prématurément terminée © Thomas Chapuzot / France 3 Nouvelle-Aquitaine
Jérôme Lecardeur n'en revient toujours pas. Le directeur du Théâtre Auditorium de Poitiers savait bien que des révisions étaient en cours pour les subventions accordées aux structures comme la sienne, mais il n'imaginait pas à quel point !

"Soyons précis, si les représentants de la Région nous avaient sollicités dans le cadre d’une politique claire et concertée pour considérer une baisse de financement généralisée face à une diminution significative de leurs recettes, comment aurions-nous pu refuser ce geste de solidarité à l’égard d’un partenaire historique ? Mais jamais avant aujourd’hui cette éventualité n’a été évoquée."
- Jérôme Lecardeur, directeur du TAP

"Cette éventualité" dont il parle, c'est la baisse de 100.000 euros de subvention de la collectivité régionale au TAP, en soutien de son projet artistique et culturel. La décision pourrait passer au vote lors de la commission permanente du 15 mai.
Jérôme Lecardeur a publié un long texte dans lequel il s'insurge contre la décision du conseil régional.
Jérôme Lecardeur a publié un long texte dans lequel il s'insurge contre la décision du conseil régional. © Thomas Chapuzot / France 3 Nouvelle-Aquitaine

Une mesure incompréhensible pour la direction du théâtre, et qui tomberait surtout au pire moment pour la scène nationale poitevine : la saison a été interrompue en mars, elle ne reprendra pas avant septembre.
"Une tempête budgétaire et organisationnelle sans précédent," ajoute le communiqué du TAP, qui "doit rembourser plus de 15.000 billets de spectacles annulés et indemniser éthiquement les spectacles qu’il ne peut reporter."
On se souvient du soutien affiché dès les premières heures du confinement par le Président de la région Alain Rousset à tous les secteurs de l'économie, culture comprise.

Apparemment les priorités ont dû être révisées, et les plus grandes structures culturelles comme le TAP en font moins partie désormais.
La vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine en charge de la culture, Nathalie Lanzi, assume la décision.
 

Dans un communiqué qui est parvenu ce mardi après-midi, la région précise : "Dans le contexte de crise sanitaire, ces baisses peuvent paraître incompréhensibles, mais sont à remettre en perspective du soutien apporté par la Région aux acteurs du spectacle vivant de Poitiers. Celui-ci est de 3,2 M€ par an pour 22 opérateurs dont le CDN La Comédie, les SMAC Jazz à Poitiers et Le Confort Moderne, le Centre Beaulieu, et la Blaiserie, ainsi que 12 compagnies qui sont conventionnées."

"Un rééquilibrage territorial"

Les services de la région ajoutent : "La baisse du TAP est à mettre en regard du financement de la Région sur les autres scènes nationales de Nouvelle-Aquitaine : 150.000 € pour Niort ; 125.000 € (+25.000 €) La Coursive à La Rochelle ; 125.000 € (+25.000 €) le Théâtre d’Angoulême ; 192.000 € Scène Nationale Sud Aquitaine à Bayonne, 300.000 € pour l’Empreinte Brive-Tulle ; 227.000 € pour le Centre Jean-Lurçat d’Aubusson..."

Inquiétudes pour l'avenir des orchestres

La Région a toujours soutenu le TAP en particulier du fait de l’accueil de trois formations musicales associées, l’Orchestre de Chambre de Nouvelle-Aquitaine, l’Orchestre des Champs-Élysées et l’Ensemble Ars Nova, qui y jouent et y répètent chaque saison.

Ils pourraient bien être les victimes collatérales de ces restrictions budgétaires. "Notre trouble s’accroît lorsque nous apprenons qu’une diminution abrupte du financement régional viserait également ces trois ensembles musicaux," s'inquiète le communiqué du TAP.

Un mesure, là encore, justifiée selon la région par "un fort déséquilibre entre les financements des orchestres basés à Poitiers, et les aides de 100.000 € pour l'Orchestre de Pau-Béarn, ou 35.000 € pour l'Ensemble Pygmalion à Bordeaux."

"Rééquilibrage donc, mais également ajustement, notamment sur l'Ensemble Ars Nova qui a changé de projet artistique avec seulement 5 musiciens pour les dernières créations, alors qu'auparavant 20 musiciens étaient engagés, ce qui a justifié la baisse de la participation régionale."
- communiqué de la région Nouvelle-Aquitaine

L'ensemble Ars Nova sera amputé de 50.000 euros, soit 19% de sa subvention. Les deux autres orchestres verront leur subvention diminuée de 5%.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
théâtre culture économie région nouvelle-aquitaine coronavirus société déconfinement politique fusion des régions
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter