Transport ferroviaire : le Poitou-Charentes à la traîne, selon l'Arafer

Train express régional entre Poitiers et Chasseneuil-du-Poitou (Vienne). / © Guillaume Souvant / AFP
Train express régional entre Poitiers et Chasseneuil-du-Poitou (Vienne). / © Guillaume Souvant / AFP

Ponctualité, fréquentation, rentabilité... L'Autorité de régulation du secteur publie un rapport détaillé inédit. Il épingle les nombreuses faiblesses du réseau de transport ferroviaire en Poitou-Charentes. 

Par EG et YR

Le Poitou-Charentes est-il le mauvais élève du réseau ferroviaire de transport de voyageurs en France ? C'est en tout cas ce que semble démontrer l'Arafer, l'autorité de régulation du secteur, qui vient de publier pour la première fois un bilan détaillé du marché hexagonal. 

Alors que le gouvernement annonce sa volonté de refonder le système ferroviaire, ce document détaille région par région les caractéristiques du réseau, l'offre de transport ou encore les retards. Conclusion : en Poitou-Charentes, les faiblesses du "train du quotidien" sont nombreuses. 

Un réseau vieillissant

En Poitou-Charentes, l'âge moyen des voies est de 34 ans. C'est certes plus jeune que le réseau en Limousin (40 ans), mais plus vieux qu'en Île-de-France (25 ans) et en Franche-Comté (26 ans). Certaines lignes ont besoin d'importants travaux de rénovation à l'image de la ligne Saintes-Royan, actuellement en plein chantier. 
À titre de comparaison, en Aquitaine, le réseau est âgé en moyenne de 29 ans. 

Autre enseignement : 34 % des 1 182 kilomètres de voies sont électrifiées. C'est l'un des taux les plus faibles de France. Seuls l'Auvergne (17%) et le Limousin (25%) font moins bien. Des lignes importantes comme Limoges-Poitiers ou Angoulême-Royan attendent toujours cette électrification. Et cela empêche par exemple des TGV d'aller directement de Paris à Royan. 
 


Des trains peu utilisés

Avec une moyenne de 8 trains régionaux quotidiens par kilomètre de ligne, le Poitou-Charentes hérite du bonnet d'âne en terme d'intensité d'utilisation de son réseau. A titre de comparaison, le Limousin (14) et l'Aquitaine (15) font à peine mieux. Ces résultats restent bien inférieurs à la moyenne nationale (22).  

Conséquence logique : le Poitou-Charentes est l'une des régions où le nombre de kilomètres parcourus quotidiennement en train par habitant est le plus faible. Seulement 0,3 kilomètres ex-aequo avec le Limousin et la Basse-Normandie !
 


C'est aussi la région qui connait le recul le plus marqué de la fréquentation de ses trains régionaux (-10,7%). Par ailleurs, le taux moyen d'occupation des TER est de 25%, ce qui est conforme à la moyenne nationale. 

12% de retards à l'arrivée

Concernant la ponctualité, la moitié des régions affiche un taux de retard au terminus supérieur à 10%.

Le Poitou-Charentes en fait partie. En 2016, 12%  des TER ont accusé un retard de plus de 6 minutes au terminus.
La médaille d'or revient à l'Alsace (6% de retards). 
 

Rentabilité en berne

Dans ce contexte, les recettes commerciales de l'activité TER sont en forte baisse en 2016 en Poitou-Charentes (-9,9%) quand la moyenne nationale s'établit à 5,2%

À noter également, le poids déterminant des subventions. En Poitou-Charentes, 82% des revenus de l'activité TER proviennent de concours publics (90% en Limousin) ; la part acquittée par les voyageurs est donc de 18%.
Par passager et par kilomètre, le montant de la subvention régionale est de 33 centimes d'euros (30 centimes en Aquitaine, 78 centimes en Limousin).
 

 


 

Sur le même sujet

Un Airbnb solidaire lancé au Pays Basque pour héberger les travailleurs pauvres

Les + Lus