• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Vivastreet suspend sa rubrique Rencontres : le témoignage d'une escorte à Poitiers, en avril 2017

La rubrique Rencontres du site Vivastreet, le 19 juin 2018 / © France 3 Poitou-Charentes - C. Roland
La rubrique Rencontres du site Vivastreet, le 19 juin 2018 / © France 3 Poitou-Charentes - C. Roland

Une information judiciaire pour proxénétisme aggravé contre X a été ouverte le 30 mai dernier par le parquet de Paris. Elle vise le site d'annonces Vivastreet. En avril 2017, une escorte de Poitiers nous racontait comment elle utilisait le site payant pour vendre ses services.

Par Coralie Roland

Vous avez peut-être essayé de vous connecter ce mardi 19 juin à la rubrique Rencontres du site internet Vivastreet ? Peine perdue : le site a décidé de "suspendre [sa] section Rencontres, afin de prévenir tout abus", comme l'annonce un message qui s'affiche à chaque recherche dans cette rubrique"En dépit de nos efforts, il a été suggéré que certains utilisateurs font un usage inapproprié de notre site, en agissant d’une manière qui serait contraire à nos conditions générales. En conséquence, nous n’avons pas d’autre choix que de suspendre notre section Rencontres, afin de prévenir tout abus.

De quoi parle-t-on ? De "proxénétisme aggravé", c'est en tout cas l'objet de l'information judiciaire ouverte contre X par le parquet de Paris, le 30 mai dernier selon nos confrères du Monde dans cet article intitulé Prostitution : Vivastreet suspend sa rubrique Rencontres

Le site internet de petites annonces Vivastreet est soupçonné de prendre part au système de la prostitution en acceptant - ou plutôt en ne refusant pas - les annonces d'escortes très explicites dans sa rubrique Rencontres, notamment dans les sous-rubriques Erotica et Erotica Gay. Et d'en tirer profit puisque ces annonces sont payantes.

Témoignage d'une escorte à Poitiers

Nous avions rencontré une escorte installée à Poitiers en avril 2017. Elle se faisait connaître sur le site, ce qui lui permettait d'entrer en relation avec des clients. Dans le reportage, réalisé à l'époque par Hugo Lemonier, Antoine Morel et Pascal Épée, elle explique comment elle paie la mise en ligne de son annonce et des mises en avant pour être sûre qu'elle soit visible.

En plus des 80€ mensuels pour publier son annonce, elle doit aussi mettre en avant son annonce sur le site, au milieu des autres annonces d'escortes : "Toutes les semaines, c'est 80€ en plus pour promouvoir son annonce, être à la une et que l'annonce soit visible. Personne ne nous met le couteau sous la gorge mais c'est fortement conseillé si on veut bosser."
Prostitution sur internet : les sites d'escortes dans une bonne passe
Un reportage d'Hugo Lemonier, Antoine Morel, Pascal Epée et Floriane Pelé. Intervenants : Sarah, prostituée, et Emma Crews, "les Amis des Femmes de la Libération"

► Le reportage était lié à cet article, publié sur notre site en avril 2017. 

 

Sur le même sujet

Amélie Mierger aux Championnats du monde

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer