Cet article date de plus de 5 ans

Xynthia : le procès en appel des élus de la Faute-sur-Mer reprend demain

Le procès en appel de l'ancien maire de la Faute-sur-Mer (85) et de son adjointe pour la mort de 29 personnes lors de la tempête Xynthia en février 2010 va reprendre ce mercredi 18 novembre devant la cour d'appel de Poitiers. L'audience avait été suspendue lundi en raison du deuil national.



René Marratier a été condamné à quatre ans de prison ferme en première instance devant le tribunal des Sables d'Olonne en Vendée.
René Marratier a été condamné à quatre ans de prison ferme en première instance devant le tribunal des Sables d'Olonne en Vendée. © Maxppp
Le procès de René Marratier, maire de la Faute-sur-Mer au moment de la tempête Xynthia et son adjointe à l'urbanisme s'était tenu en décembre 2014 devant le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne en Vendée. René Marratier avait été condamné le 12 décembre 2014 pour "homicides involontaires" à quatre ans de prison ferme, Françoise Babin, son ancienne adjointe à l'urbanisme à deux ans ferme et 75 000 euros d'amende.
Un troisième prévenu, Philippe Babin, fils de l'ex-adjointe à l'urbanisme et président de l'association gestionnaire de la digue submergée, est également rejugé après sa condamnation en première instance à 18 mois de prison ferme.
Tous trois encourent cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.


29 victimes piégées dans leurs maisons par les eaux

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, 29 personnes ont trouvé la mort à la Faute-sur-Mer pour la plupart noyées dans leurs maisons de plain-pied en raison de la montée des eaux. Les habitations auraient dû comporter un étage en raison du risque de submersion de la digue censée protéger leurs habitations.
Au total, la tempête Xynthia a fait 47 victimes sur le littoral atlantique.

Le rappel en vidéo du procès devant le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne :
durée de la vidéo: 01 min 53
Retour sur le procès Xynthia en première instance


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tempête xynthia intempéries météo justice société