Cécile Duflot pas candidate à Paris....... pour l'instant

© Jacques Demarthon/ AFP photos
© Jacques Demarthon/ AFP photos

Le 8 juin, les militants Europe-Ecologie désigneront leur candidat à la mairie de Paris. Christophe Nadjovski a officialisé sa candidature le 22 mai et revendique le soutien de Cécile Duflot. Cela veut-il dire que la ministre du logement a abandonné toute ambition dans la capitale ? 

Par Daic Audouit

Le 8 juin, les militants d'Europe Ecologie désigneront leur candidat pour les municipales de 2014 à Paris.

Ce mercredi 22 mai, Christophe Nadjovski, adjoint à la petite enfance à la mairie de Paris, a officialisé sa candidature. Dans son communiqué, il affiche le soutien de Pascal Canfin et celui de Cécile Duflot. Ce qui signifie en creux que la ministre du logement ne serait pas candidate puisqu'elle soutient une autre personne.

Oui ... mais non. C'est un peu plus compliqué. "La décision interviendra en temps et en heure. Et le temps et l'heure ne sont pas venus. Rien n'est exclu, disais-je en février, ça n'a pas changé", explique Cécile Duflot ce matin sur Europe 1.

Seule certitude, elle ne sera pas candidate pour le scrutin du 8 juin. Celui-çi compte-t-il pour du beurre alors si l'ancienne patronne d'Europe-Ecologie souhaite se présenter ultérieurement ? "Il faut respecter le vote des militants quand une décision est prise. Cécile Duflot a beaucoup mieux à faire que de se présenter à Paris. Elle est très utile là où elle est", juge Jacques Boutault, maire du 2 ème arrdt  autre candidat à la candidature EELV. Ils sont huit à briguer les suffrages des militants parisiens.

Christophe Nadjovski a été élu dans un scrutin interne du courant majoritaire d'EELV face à Yves Contassot le 17 avril dernier. Est-il le candidat officiel du parti ? "Surtout pas. Ce n'est parce que j'ai le soutien de poids lourds,que je représente une candidature officielle", se défend-il. 

Il faisait partie des élus écologistes qui souhaitaient l'arrivée de Cécile Duflot sur Paris avant son entrée au gouvernement. Est-il alors le mieux à même de lui céder la place le cas échéant ? "S'il y avait des circonstances exceptionnelles", reconnaît-il. "Ce n'est pas une file d'attente devant la cantine où on se relaye. De toute façon, si Cécile veut venir, il faudra revoter. Mais je n'y crois pas beaucoup, ce n'est pas le genre", commente Jacques Boutault.

Les huit candidats débattront ensemble le 31 mai au théâtre Dejazet.



Sur le même sujet

Les + Lus