Cet article date de plus de 7 ans

Stéphane Le Foll sur les Roms : Il faut "chercher à les faire retourner d'où ils viennent"

S'il affirme qu'il n'y a "pas d'invasion" des Roms, contrairement à ce que disait une auditrice alors qu'il était interviewé par RTL, Stéphane Le Foll, porte parole du gouvernement, a déclaré qu'"il faut chercher à les faire retourner d'où ils viennent", tout en prenant en compte l'aspect humain.
© PIERRE ANDRIEU / AFP
Interrogé par Jean-Michel Apathie (RTL) sur la présence des Roms en France,Stéphane Le Foll, porte parole du gouvernement, a déclaré qu' "Il n'y a pas d'invasion", tout en considérant que la situation est problématique. "Oui, ça dure. On ne peut pas accepter que des gens vivent dans des bidonvilles, estime-t-il dans une allusion au camp installé près de l'aéroport de Roissy. Il faut chercher à les faire retourner d'où ils viennent et il faut éviter qu'ils reviennent".

Questionné sur ce que Le Parisien présente mardi comme une note interne au commissariat du très cossu VIème arrondissement recommandant d'"évincer systématiquement" les familles roms, il a éludé: "que des policiers fassent des notes pour dire : voilà, nous, on pense qu'il faudrait faire ci ou ça, par rapport à une réalité..." 

"On est obligés de réguler tout ça, d'être clairs sur tout ça, ne pas considérer comme s'il ne se passait rien"


"On a des règles, il y a des principes, il y a au niveau de la préfecture de police des missions et objectifs donnés", selon lui. L'objectif est-il d'évincer les Roms de Paris, lui demande-t-on. "L'objectif, c'est d'éviter que des gens qui, dans la capitale, parce qu'ils sont dans une situation de difficulté et de pauvreté, finissent par rendre tout le monde extrêmement nerveux et n'acceptent plus cette présence". "On est obligés de réguler tout ça, d'être clairs sur tout ça, ne pas considérer comme s'il ne se passait rien", a dit M. Le Foll.

"Il y a un problème mais derrière ce problème, il y a des hommes, des femmes, voire des enfants. Donc ça ne se traite pas comme si c'était un simple problème qu'on pouvait régler avec deux ou trois décisions. Non, c'est plus compliqué", selon le ministre et proche du chef de l'Etat.

>> Voir l'interview de Stéphane Le Foll en intégralité :
Déficit : "Dans la ligne de ce qui avait été... par rtl-fr

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
roms politique