• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

89% des Franciliens considèrent que l'hôpital public est en danger

88% des Franciliens estiment l'hôpital public en danger. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
88% des Franciliens estiment l'hôpital public en danger. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

La Fédération Hospitalière de France a commandé à Ipsos de sonder les attentes des Franciliens sur le système de santé français. Si l'hôpital public est largement considéré par les Français comme efficace et adapté au monde actuel, 88% des habitants d'Île-de-France le pensent en danger. 

Par Marion David

Au cours du Grand Débat, la santé est une préoccupation souvent été évoquée : son accès, mais aussi son futur. La Fédération Hospitalière de France est une association réunissant la plupart des établissements publics de santé de France. Elle a commandé un sondage pour connaître les attentes françaises en matière de santé. Parmis 6 000 participants, 814 habitent l'Île-de-France.

Deux menaces inquiètent particulièrement les 88% de Franciliens qui considèrent l'hôpital public en danger. D'abord, le manque de personnel. Mais aussi les obligations de rentabilité : point paradoxal puisque dans notre région 85% des sondés croient que les hôpitaux publics devraient récolter plus de financements privés. 

Un système opaque

Les Franciliens interrogés pensent que le système est trop compliqué à comprendre. 85% d'entre eux avouent d'ailleurs ne pas savoir à quoi servent les diverses cotisations sociales telles que la CSG ou les mutuelles. 

L'hôpital public se dégrade depuis dix ans d'après 76% d'entre eux, qui soulèvent plus le problème de moyens que celui de qualité des soins. D'après Stéphane Pardoux, qui dirige la Fédération Hospitalière de France, "les français savent qu'ils vont être correctement pris en charge, mais ils remarquent tout de même que les hôpitaux souffrent de dysfonctionnements et d'évolutions". 

La différence entre la perception des Franciliens et des Français n'est pas significative, "sauf peut être en ce qui concerne les déserts médicaux, car le tissu médical est plus fourni en Île-de-France" selon Stéphane Pardoux. 

Le numérique ne fait pas peur 

La digitalisation des soins ne fait pas peur aux habitants d'Île-de-France. Ils sont 92% à y être favorables, pour partager leur dossier médical ou avoir accès à des informations de santé de référence. 

Plus de 8 français sur 10 assurent dans tous les cas qu'une réforme de l'hôpital est indispensable, qu'elle tourne autour des problématiques territoriales ou autour du personnel, notamment aux urgences. 
 

Sur le même sujet

Seine-et-Marne : une locomotive de 1914 fait son retour sur les rails à Provins

Les + Lus