• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Bagarre à Orly : gardes à vue prolongées pour les rappeurs Booba et Kaaris

Les gardes à vue des rappeurs français Booba et Kaaris, interpellés mercredi à l'aéroport d'Orly après une bagarre ayant également impliqué des membres de leur entourage, ont été prolongées jeudi.

Par IA/AFP

Les rappeurs Booba et Kaaris étaient toujours en garde à vue jeudi au lendemain de leur rixe en plein aéroport d'Orly, illustrant une guerre d'égos qui a une nouvelle fois dépassé le cadre des fréquents "clashs" sur les réseaux sociaux.
    
La star du rap français et son ex-poulain ont passé la nuit en garde à vue dans les locaux de la Police aux frontières (PAF), avec une dizaine de leurs proches ayant pris part à la bagarre. Une deuxième série d'auditions se tenait jeudi, avec "vraisemblablement une confrontation" entre les deux rappeurs dans la journée, selon l'un des avocats de Kaaris. 

Mercredi après-midi, les clans des deux rappeurs se sont violemment affrontés dans une zone d'embarquement à Orly, sous les yeux de passagers éberlués voire paniqués, dont certains ont filmé la scène. 
    
Les images montrent que les deux rappeurs commencent par s'invectiver avant que la scène ne dégénère: coups de poing, de pied, puis l'altercation tourne à la bagarre générale. Une dizaine d'hommes se battent au milieu des voyageurs et dans une boutique duty-free, où l'on entend des bouteilles exploser. 

Quatorze personnes au total ont été placées en garde à vue pour violences volontaires, dont deux ont été mises hors de cause et relâchées jeudi matin, selon le parquet de Créteil. 
    
Le groupe Aéroports de Paris a déposé plainte pour "trouble à l'ordre public avec préjudice d'image et financier", ainsi que "mise en danger de la vie d'autrui" car la rixe a empêché la mise en place d'un périmètre de sécurité autour d'un bagage abandonné, a indiqué un porte-parole à l'AFP.
    
Plusieurs vols ont subi de légers retards et des dégâts ont été occasionnés dans la boutique de duty free, dont le responsable devait porter plainte. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Seine-et-Marne – Les premières vendanges montrent des raisins marqués par les aléas climatiques

Les + Lus