Coup de filet : un trafic de bijoux et de montres démantelé entre l'Île-de-France et la Belgique

Un trafic international de recel de bijoux et de montres entre l'Île de France et la Belgique a été démantelé, annonce la Direction générale de la Gendarmerie nationale. Les malfaiteurs présumés opéraient depuis Drancy et Sevran en Seine-Saint-Denis. 12 personnes ont été interpellées en France et en Belgique.

Il aura fallu 20 mois d'enquête, une coopération de la gendarmerie française et de la police belge pour mettre un terme à ce trafic international. Les premières investigations remontent à l'automne 2021, lorsque le groupe délinquance itinérante de la section de recherches de la gendarmerie de Versailles repère "les agissements suspects d’un couple demeurant à Drancy" en Seine-Denis.

Dans un communiqué, la gendarmerie précise :"il s'agit d'homme de nationalité serbe et son épouse, de nationalité roumaine, âgés d’une quarantaine d’années connus de la justice pour des faits similaires". Selon les enquêteurs, le couple vit avec leurs enfants et neveux, dans une maison individuelle du quartier Jorissen de Drancy. Les enquêteurs détectent que ce couple recèle des biens provenant de cambriolages. Ils constatent :"des visites fréquentes de voleurs à leur domicile, puis des trajets réguliers à Anvers en Belgique.'" Une seconde famille demeurant à Sevran en Seine-Saint-Denis en lien avec la première et se livrant à la même activité, est identifiée par les gendarmes.

Plus de 45 voyages effectués

De nombreuses investigations sont menées sous le couvert de la SR, la section de recherches de la juridiction interrégionale de Paris. Les enquêteurs de la SR de Versailles et la police fédérale belge sont appuyés par ceux de l’office central de lutte contre la délinquance itinérante et du groupe observation surveillance d’Île-de-France.

Plus de 45 voyages effectués par les receleurs vers la Belgique sur une durée de 18 mois, sont identifiés par les enquêteurs qui parlent d'investigations rendues "compliquées par le comportement très prudent et suspicieux des receleurs". Les suspects utilisent "de nombreux procédés visant à masquer leurs déplacements et activités."

Flagrant délit

Le dimanche 14 mai 2023 au matin, une vaste opération coordonnée en France et Belgique est déclenchée. Les enquêteurs rapportent qu'aux alentours de 06 h 45, " un homme et sa compagne, âgés d’une vingtaine d’années quittent Drancy à bord d’une Mercedes avec un chargement de montres volées en direction de la Belgique". Direction Anvers pour y déposer leur butin chez un bijoutier belge. La police fédérale belge intervient et interpelle les trois personnes en flagrant délit. Une trentaine de montres, une cinquantaine de bijoux et environ 30.000 euros sont saisis.

En France, les gendarmes investissent, presque au même moment, les domiciles des deux familles de receleurs. Deux hommes et trois femmes sont interpellés. Dans des caches, les enquêteurs découvrent : "un système de vidéo surveillance élaboré destiné à repérer les éventuelles intrusions, notamment des forces de police". Douze montres, une cinquantaine de bijoux de valeur et 6.000 euros sont saisis.

12 personnes arrêtés

Le lendemain, en Belgique, deux autres bijoutiers sont interpellés. Au cours de la perquisition, les policiers fédéraux saisissent un sac de bijoux de valeur et des montres. Le même jour, en France, deux autres protagonistes sont interpellés, dont un voleur. Il s’agit d’un jeune de 19 ans sans emploi, demeurant à Sevran, selon les enquêteurs.

Selon le communiqué de la gendarmerie, les sept personnes interpellées en France ont été présentées à un juge d’instruction le mercredi 17 mai 2023. Parmi les cinq personnes arrêtées en Belgique, trois d’entre elles ont été extradées vers la France et ont été présentées devant un juge d’instruction.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité