Des élèves en art dramatique occupent le Théâtre de la Colline

Depuis mardi, le Théâtre de la Colline est occupé par des élèves de plusieurs écoles d’art dramatique. Ils demandent, entre autres, la réouverture des lieux de culture. Le mouvement est soutenu par la Colline.    

Etudiants devant le théâtre de la Colline à Paris.
Etudiants devant le théâtre de la Colline à Paris. © THOMAS COEX / AFP

Les élèves et étudiants de plusieurs écoles d’art dramatique occupent depuis mardi le Théâtre de la Colline pour lancer "un cri de désespoir". Alors que les lieux de culture sont à l’arrêt depuis fin octobre, ils réclament la réouverture de ceux-ci ainsi qu’une revalorisation de leur statut en tant que nouveaux arrivants dans le monde du spectacle. "Certains d’entre nous se retrouvent au RSA alors qu’on a payé des écoles pour vivre de notre métier de comédien", confie l’un de ces élèves. Le groupe compte mettre en place des activités artistiques à l’extérieur du théâtre à partir de 16 heures tous les jours. 

Parmi les pancartes déployées, on peut lire : "Ouverture essentielle", "vie sans culture, droit dans le mur" ou encore, sur un ton plus humoristique : "Bachelot, si t’ouvres pas, on vient jouer chez toi". La ministre de la Culture s’était d’ailleurs rendu au Théâtre de l’Odéon samedi dernier lors du premier mouvement d’occupation d’un théâtre par des intermittents. Ce mouvement, a depuis pris de l’ampleur et les occupations concernent également des établissements culturels à Strasbourg et à Pau. 

Le Théâtre de la Colline soutient le mouvement

Par le biais de son directeur Wajdi Mouawad, le Théâtre de la Colline a affiché son soutien au mouvement des étudiants. Dans un communiqué le metteur en scène indique que "La Colline appuie, dans le dialogue et la confiance, le geste des étudiants qui ont investi son espace. Ils sont ici chez eux. Notre devoir est d’être à leur écoute, de les comprendre et de les encourager dans la démarche de leur pensée et l’impulsion de leur nécessité. Ce qu’ils expriment, ils l’expriment pour chacun."

Il affirme qu’il est du devoir du théâtre que d’être à l’écoute d’une jeunesse qui "est ici chez elle" et qui symbolise l’espoir. Enfin, Mouawad, qui se trouve être en répétition au théâtre, assure que la Colline se fera volontairement le relais de leur message et s’engage à leur fournir le meilleur accueil possible jusqu’à la fin de leur mobilisation. La Colline assure par ailleurs que le mouvement a lieu dans le respect des normes sanitaires et dans des dispositions pacifiques.      

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre