Affaire des viols de la forêt de Sénart : l’accusé condamné à 20 ans de réclusion criminelle

Publié le
Écrit par Tom Rousset avec AFP
La cour d'assises de Paris a rendu sa décision dans la nuit de jeudi à vendredi
La cour d'assises de Paris a rendu sa décision dans la nuit de jeudi à vendredi © BENOIT PEYRUCQ / AFP

L’accusé a écopé de 20 ans de prison pour plus d’une trentaine de viols, tentative de viols et agressions sexuelles dans la forêt de Sénart dans l’Essonne après une décision rendue par la cour d’assises dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le verdict est tombé. Après plus de quatorze heures de délibération la Cour d’assises a infligé à Aïssa Zerouati une peine de 20 ans de réclusion criminelle pour avoir agressé sexuellement entre 1995 et 2000 plus d’une trentaine de femmes en forêt de Sénart dans le département de l’Essonne. Il écope donc de la même peine qu’en première instance.

La cour d’assises d’appel de Paris a suivi les réquisitions de l’avocat général Marc Mulet qui avait demandé vingt ans de réclusion brandissant "la preuve incontestable de l’ADN". Une mesure de suivi socio-judiciaire ainsi qu’une injonction de soins ont été prononcés à l’encontre de Aïssa Zerouati  

L’homme reconnu coupable de 31 viols et agressions sexuelles

L’homme avait été mis en examen en 2015 pour 34 faits d’agressions sexuelles et viols. Dans la nuit de jeudi à vendredi, il a été reconnu coupable de 31 de ces faits. Durant cinq ans, il avait semé la terreur parmi les joggeuses et promeneuses. Certaines victimes étaient enceintes ou âgées et ayant parfois été menacées d’une arme. Leurs témoignages concordants sur son apparence physique en plus du mode opératoire récurrent de cet homme de 46 ans avaient permis aux enquêteurs de conclure au caractériel sériel des infractions.          

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.