Essonne – Élus locaux se mobilisent pour un réaménagement de la N20

Chaque jour, 70.000 véhicules empruntent la N20. / © Cécile Claveaux - France 3 Paris Ile-de-France
Chaque jour, 70.000 véhicules empruntent la N20. / © Cécile Claveaux - France 3 Paris Ile-de-France

Dans l'Essonne, à quelques mois des municipales, l'aménagement de la N20 est à nouveau dans l'actualité. Des élus locaux viennent d'envoyer un courrier à l'État pour avoir des précisions sur ce projet. Mais la Région estime le réaménagement trop cher et non viable.

Par Cécile Claveaux avec MT

En pleine journée, la partie de la N20 située entre Arpajon et Massy, circule plutôt bien mais aux heures de pointe le matin et le soir c'est plus compliqué.

Chaque jour, 70.000 véhicules empruntent cet axe. Pour désengorger ces routes, une étude a été lancée il y a plusieurs années par les élus locaux. Le projet prévoyait de créer une voie supplémentaire pour les bus, sur 20 kilomètres, pour leur permettre d'éviter les embouteillages.

"Cela aurait surtout permis que les gens prennent les transports collectifs et réduisent l'utilisation de la voiture. On parle de réchauffement climatique, mais comment on peut dire aux gens d'arrêter de prendre la voiture quand ils n'ont pas d'autres moyens de transport", s'indigne Alain Lamour, maire (SE) de Longpont-sur-Orge.
Essonne – Élus locaux se mobilisent pour un réaménagement de la N20
Chaque jour, 70.000 véhicule empruntent la N20. - France 3 Paris Ile-de-France - Cécile Claveaux, Julien Bernier et Nathalie Gallet
 

Un projet trop coûteux selon la Région

Coût estimé des travaux : autour de 250 millions d'euros. Trop cher et non viable selon la région. Dès le début de son mandat, en2015, Stéphane Beaudet, vice-président de la Région Île-de-France chargé des Transports a averti les élus locaux que ce projet ne pourrait se faire en l’Etat : "Je vous rappelle que la N20 est l'une des nationales de France les plus étroites, les plus compliquées. Faire un site propre sur la N20, c'est aller renier sur les propriétés privées qui sont sur les côtés, cela ne se fait pas facilement".

Mais pour les élus, pas question de se résigner. Seize maires du département ont récemment envoyés un courrier pour demander des précisions aux préfets de Région et à celui de l'Essonne ainsi qu'à Valérie Pécresse.

"On ne peut pas demander aux communes de construire et en même temps ne pas assurer ce qui va avec : les déplacements. Dans quelques années, si personne ne fait rien, plus personne ne pourra rouler ici", affirme ainsi Alain Lamour. 

La Région a déclaré étudier d'autres aménagements comme des travaux sur de plus petites portions de la N20. Pour le moment aucune date n'est avancée.
© France 3
© France 3

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus