• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Nathalie Kosciusko-Morizet : “S'il y a peu de participants à la primaire, la légitimité du gagnant pourra être remise en cause”

© MaxPPP
© MaxPPP

Nathalie Kosciusko-Morizet était l'invitée de Dimanche en politique ce 6 novembre. Interrogée sur les risques de division entre les camps après le scrutin, elle a concédé qu' "il y avait une inquiétude". Elle lance un appel à la mobilisation des électeurs garante de la légitimité du vainqueur.

Par Daic Audouit

Comment va se passer le sprint final de la primaire de la droite et du centre ? Comment les différents camps vont pouvoir travailler ensemble après une campagne relativement violente ? Les résultats peuvent-ils être contestés ?

Appel à la mobilisation

Nathalie Kosciusko-Morizet était l'invitée de "Dimanche en Politique" sur notre antenne. "C'est une inquiétude. A droite, il y a un historique. On est souvent interpellés en meeting sur cette question", concède la candidate. "Ce que je dis aux uns et aux autres, c'est quoi l'alternative? Balladur-Chirac en 95 ? " poursuit-elle. 
"Je ne vous dis pas qu'il n'y a pas des risques de division profonde mais la meilleure solution c'est la primaire", commente-t-elle. "Vous avez peur qu'il y ait des noms d'oiseaux. Vous avez raison d'avoir peur car si les politiques étaient raisonnables et sages, ça se saurait", explique-t-elle, s'adressant aux militants LR.

"Ce qui fera la différence, c'est la participation. S'il y a beaucoup de Français qui vont voter, le gagnant quelque soit le candidat sera fort, alors qu'au contraire, s'il y a peu de participation, sa légitimité pourra être remise en cause", poursuit NKM.

"Le numérique ça ne concerne pas que les parisiens"

Nous anglons l'interview sur son image d'élue francilienne dont elle peut sortir en faisant campagne dans toute la France. Elle rappelle que la France, elle la connaît à travers ses expériences ministérielles. "La vrai différence, c'est que dans une campagne nationale, vous n'êtes pas sur une thématique, un sujet, vous cherchez à partager beaucoup plus. Vous cherchez à partager une vision, une espérance. C'est cela mon enjeu dans la campagne", répond la députée de l'Essonne. 

"Je pense que mes concurrents qui agitent beaucoup cet argument, tu nous parles du numérique mais ça ne concerne que les Parisiens et les bobos, ils se trompent", déclare Nathalie Kosciusko-Morizet, qui évouqe la questions des zones et de la fibre dans le monde rural.  "Il n'y a pas un monde connecté et un monde qui ne l'est pas. Il y a un monde qui est en train de changer et des politiques qui sont un peu à la traîne". 

"Cela concerne aussi bien les urbains que les ruraux, aussi bien les CSP+ que les ouvriers. Cela concerne tout le monde", répète-t-elle encore une fois. 
Dimanche en politique avec Nathalie Kosciusko-Morizet

Squarcini, ami de Tibéri

Nathalie Kosciusko-Morizet a pu s'expliquer sur les révélations du Monde qui a publié un extrait d'une conversation téléphonique entre Bernard Squarcini et elle en 2013. Conversation dans laquelle, il lui demande de "tuer politiquement" Fillon et Dati. 
Une conversation avec Bernard Squarcini : la réaction de Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet a pu s'expliquer sur les révélations du Monde qui a publié un extrait d'une conversation téléphonique entre Bernard Squarcini et elle en 2013. Conversation dans laquelle, il lui demande de "tuer politiquement" Fillon et Dati.
"Je ne me souviens pas de cette conversation précisément. C'est un contexte très particulier de la campagne. Il y avait Tibéri qui voulait être à nouveau candidat dans le Vème arrondissement. Mais je me souviens à l'époque d'avoir appelé tous les candidats dont on me disait qu'ils étaient proches de Tibéri pour leur demander de passer le message que ce serait mieux qu'il n'y aille pas", explique-t-elle.  "C'est juste un ami de Tibéri connu comme tel et comme je le connais, je l'appelle" poursuit-elle. "Quant au langage, chacun a son style", commente-t-elle. Dans ses écoutes, elle parle "d'éteindre" Fillon et Dati.

En revanche, NKM ne commente pas les autres informations du "Monde" sur l'entourage de Nicolas Sarkozy qui tente d'obtenir  des informations auprès de Squarcini sur l'affaire Cahuzac. "J'ai découvert cela comme vous dans le "Monde", la justice est saisie", répond-elle sobrement.

"La maire de Paris veut se faire un arrondissement à sa main"

Demain, lundi, le conseil de Paris se prononcera sur l'extension à 12 jours du nombre d'ouverture des commerces le dimanche à Paris. Anne Hidalgo n'a pas de majorité à gauche pour ce voeu. La droite va-t-elle le voter ? "On va pousser à ce que ce soit plus", prévient NKM. Le groupe LR a déposé un amendement pour que tout Paris ait le statut de ZTI et que les commerces aient la liberté d'ouvrir quand ils le souhaitent. "Si ce n'est pas tout Paris, 12 dimanches, c'est mieux que rien, mais on va d'abord se battre pour que ce soit tout Paris", affirme l'élue du 14 ème arrondissement. 

NKM sur l'ouverture magasins le dimanche
Alors que le Sénat va examiner cette semaine le projet de loi sur le nouveau statut de Paris, Nathalie KOsciusko-Morizet a répété son opposition à la fusion des quatre arrondissements centraux de Paris. "La maire de Paris essaye de se créer un arrondissement à sa main pour 2020, pour ne pas avoir à retourner dans le XVème où elle a été largement battue. Ce n'est pas dans l'intêret des parisiens, il n'y pas d'économies à la clé et il y a une perte de proximité", commente-t-elle. 

Enfin, la candidate à la primaire se félicite de l'évacuation du camp de Stalingrad, la jugeant néanmoins "trop tardive". "Le gouvernement ne traite pas le problème dans le fond. A Stalingrad, comme à Calais, je vous prédis une reformation des campas dans les mois qui viennent", conclut-elle.



A lire aussi

Sur le même sujet

À Bagnolet, même les agents municipaux déversent les déchets dans une décharge sauvage

Les + Lus