Solidarité : en Essonne, un garage emploie des salariés en insertion pour réparer les voitures des personnes en situation de précarité

Publié le
Écrit par Tom Rousset .

À Savigny-sur-Orge, l'association Essonne Mobilités a monté un garage doublement solidaire. Elle emploie des personnes en situation d'insertion pour réparer les voitures de celles qui sont dans la précarité.

"On travaille en équipe, c'est comme une famille." Nouralden Abobkar est garagiste en CDD d'insertion à Savigny-sur-Orge. Il est employé dans l'un des deux garages du département gérés par Essonne Mobilité, une association qui se donne pour but de faciliter l'accès à l'emploi des personnes en situation d'insertion. "On les aide à la fois sur le plan professionnel, mais également social en les aidant à trouver un logement, mais aussi dans leurs tâches administratives", note Angela Lazzara, stagiaire conseillère en insertion professionnelle. 

L'association collabore avec Pôle Emploi et la Protection Judiciaire pour embaucher ses employés. "Nous sommes une association, mais nous n'en restons pas moins une entreprise avec de règles à respecter et des horaires. Des critères qui figurent souvent parmi les premières demandes des employeurs.", indique le directeur de l'association, Guillaume Garson. Trouver un emploi fixe, c'est l'objectif pour les membres de ce garage solidaire. "J'aimerais travailler pour le garage d'une grande marque de voitures", sourit Narindra Rakotonarivo, salarié qui peut bénéficier de l'aide de l'association pendant deux ans. 

Un garage pour les plus précaires 

En plus de proposer une solution d'insertion, ce garage s'adresse à des clients en situation de précarité. "C'est un outil pour les demandeurs d'emploi qui sont en difficulté de mobilité et pour lesquels la voiture est nécessaire au quotidien", explique le directeur du l'établissement qui propose également ses services aux bénéficiaires du RSA. 

Les prestations de main d'œuvre sont facturées deux fois moins chères que celles de grande concession. Cette association est financée par l'Etat au titre d'atelier d'insertion par le travail, mais aussi par le Département de l'Essonne et le Front Social Européen. Ses deux garages réparent une centaine de véhicules par an. 

Avec Bruno Lopez            

  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité