Gastronomie, algues et cocktails... Agroalimentaire : quand la French Tech s'en mêle

Un plat proposé par Cook'n box. / © Cook'n box
Un plat proposé par Cook'n box. / © Cook'n box

Alors que s'ouvre le salon international de l'agriculture, le secteur de l'agroalimentaire reste l'un des plus dynamiques de l'industrie française. Et les start-ups de la French Tech sont nombreuses à se lancer dans cette bataille de l'alimentation, et des services aux particuliers...

Par France 3 Paris IDF/ET

L'agroalimentaire et la gastronomie ne sont pas seulement synonymes de traditions. Alors que s'ouvre l'édition 2018 du salon de l'agriculture, les entreprises de la French Tech sont toujours aussi décidées à investir nos assiettes et nos réfrigérateurs. 

Produits frais du commerçant d'en-face livrés à domicile, mayonnaise vegan aux micro-algues, boisson riche en nutriments pour remplacer le jambon-beurre... Rien qu'en Île-de-France, une quarantaine d'entreprises labellisées "French Tech" jouent la carte du "bien-manger" et de l'innovation.

Des algues dans la mayo

Sans oeuf, ni gluten... Cette mayonnaise va ravir les vegans. Elle est fabriquée par la start-up francilienne "Algama", et vendue en grandes surfaces sous la marque The Good Spoon. Cette mayo fait la part belle à une algue : la chlorelle, riche en protéines. Tout l'enjeu est de faire de ces algues "des produits savoureux", explique-t-on dans cette entreprise de 15 personnes, qui a récemment levé 3,5 millions d'euros auprès d'un fonds hongkongais. 
Après la mayonnaise, une boisson fera bientôt son arrivée dans les rayons des supermarchés français, toujours à base d'algues : un soda, naturellement bleu, fait à base de spiruline. A la vôtre !

L'avenir du jambon-beurre, c'est la bouteille

Proposer un repas complet à madame ou "monsieur Tout-le-monde", c'est l'objectif de Feed. Cette toute jeune entreprise francilienne a lancé une gamme de produits censés remplacer les repas. "Moyennant 2,50 euros, ils vont vous offrir de la liberté, les jours où vous êtes pressés", explique Anthony Bourbon, cofondateur. Certes, ces barres et autres boissons ne sont pas destinés à se substituer à l'alimentation en général, mais elles permettent de "tenir" le temps d'un repas. La start-up vise un public de sportifs, de cadres et d'étudiants... Mais aussi le public vegan ou intolérant au gluten.

Bien manger... Sans bouger de chez soi​

Un plat prêt à cuisiner, avec des ingrédients pré-découpés et la recette d'un blogueur ? C'est dans un panier que les clients de "Cook'n box" reçoivent leurs produits. Charge à eux de les préparer. Cette entreprise parisienne a été créée par un couple de passionnés, "éduqués à la culture du bien-manger", confie Sébastien Guinamant, co-fondateur.
Un plat proposé par Cook'n box. / © Cook'n box
Un plat proposé par Cook'n box. / © Cook'n box
Créée en 2015, la jeune pousse "Au Pas de course" s'appuie, elle, sur une centaine de commerçants pour fournir les particuliers en produits frais : de la charcuterie, de l'épicerie fine "de qualité" pour une clientèle de "jeunes actifs", explique Nicolas Nebout, l'un des deux cofondateurs de la start-up. A Paris et Levallois-Perret, c'est à vélo que sont livrés les produits, à la demande.

Et boire (aussi)​

Même principe, mais avec, cette fois, des cocktails. C'est le pari de "Shake It Easy". Lancée en novembre 2016, cette petite entreprise parisienne vise les particuliers, les entreprises et le secteur de l'hôtellerie. En 30 à 45 minutes, il est ainsi possible de se faire livrer un cocktail, confectionné par un barman professionnel. Un service aujourd'hui disponible à Paris, et bientôt à Neuilly et Boulogne-Billancourt. 

Si les start-up se mettent à l’agriculture, sachez que les agriculteurs se mettent également au web. L’engouement est tel que les Chambres d'agriculture proposent même des formations. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Grigny, qui cumule toutes les difficultés de la banlieue à la fois

Les + Lus