Des gendarmes numériques pour redevenir accessibles

La toute nouvelle "brigade numérique" de la gendarmerie est lancée ce mardi 27 février. Elle est destinée à moderniser l'image des forces de police mais aussi à tenter de répondre à des problèmes d'effectifs

Sa création est présentée comme un élément de la "Police de sécurité du quotidien", grand projet de rapprochement de la police et de la population, du ministère de l'intérieur.

La toute nouvelle "brigade numérique" de la Gendarmerie, mise en place ce mardi 27 février par le ministre de l'intérieur Gérard Collomb  veut être une vitrine moderne de la gendarmerie et plus généralement des forces de police. Elle ambitionne aussi d'être un outil relationnel de rapprochement police/gendarmerie et population.


Conseils et orientation 24h/24


Une vingtaine de militaires, dont deux femmes, composent cette brigade d'un nouveau type. Tous les jours, 24h/24, les gendarmes de cette unité répondront aux questions des citoyens sur la messagerie instantanée de Facebook, via les messages privés de Twitter ou par l'intermédiaire d'une fenêtre de tchat sur le site internet de la gendarmerie.

Il n'est néanmoins pas question pour cette brigade de prendre des plaintes, ni évidemment de mener des enquêtes. La plateforme, parce que c'est d'une plateforme numérique qu'il s'agit, est là pour conseiller et orienter.

Uniquement par écrit, ces gendarmes vont par exemple répondre à des questions sur le code de la route, faire de la prévention contre les cambriolages ou orienter vers le site internet permettant de déposer une pré-plainte en ligne. "Il s'agit de faciliter le premier contact avec les forces de l'ordre qui est parfois très difficile à faire pour les victimes", explique le lieutenant-colonel Rémy Nollet, officier à la mission numérique de la gendarmerie.


Veiller à préserver le contact humain


Un objectif de rapprochement donc qui vise à rendre un peu plus accessibles des forces de police de plus en plus considérées depuis plusieurs années comme "surchargées" et peu disponibles pour le grand public. On comprend bien, dans la démarche du ministère de l'intérieur avec cette initiative, une tentative de compenser des problèmes d'effectifs. Pour que cela soit totalement convaincant, il faudra donc veiller à ce que cette plateforme ne suive pas l'exemple de la plupart de ces outils qui, dans les sociétés privées comme dans nombre d'administrations, ont servi de prétexte à faire très vite disparaître les contacts humains réels avec le public.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité