Aménagement de l'Ile Seguin : enfin un accord après 9 ans de recours

Depuis la fermeture de l'usine Renault, l'île Seguin a été l'objet de plusieurs batailles judiciaires. / © MAXPPP
Depuis la fermeture de l'usine Renault, l'île Seguin a été l'objet de plusieurs batailles judiciaires. / © MAXPPP

26 ans après la fermeture de l'usine Renault, après 9 ans de contentieux, la ville de Boulogne et les associations environnementales viennent enfin de trouver un accord sur l'aménagement de l'Ile Seguin. 

Par Aude Blacher

C'est peut-être l'épilogue d'un long feuilleton. De neuf ans de batailles judiciaires autour de l'aménagement de l'Ile Seguin à Boulogne-Billancourt. Un accord vient enfin d'être trouvé entre la ville et les associations (AEBB, Boulogne Environnement, Val-de-Seine Vert et Vivre à Meudon). "Il aura fallu près d’une année de médiation juridictionnelle pour valider le 5e PLU, mettant ainsi fin à quatorze années de projets successifs et neuf années de controverses et contentieux !", se réjouit Pierre-Christophe Baguet, maire (LR) de Boulogne-Billancourt. 

C'était le principal point d'achoppement : la densité totale des constructions ne devra pas excéder 230 000 mètres carrés. La hauteur des tours sera limitée à 74 mètres de hauteur sauf pour l'une d'entre elles (92 m). Loin des 110 mètres de haut imaginés il y a quelques années par l'architecte Jean Nouvel. Pour ne pas boucher la vue, cinq ouvertures de 20 mètres de large devront également être créées.
 

Une île qui restera accessible au public

Autre point de satisfaction pour les riverains : la création d'un jardin de 15 000 mètres carrés accessible à tous côté sud, face à la ville de Meudon, et d'un chemin de halage autour de l'île. Une île qui ne sera donc pas entièrement privatisée et qui devra rester piétonne. Interdiction de circuler en voiture même pour les 7000 salariés de Vincent Bolloré. L'industriel est en effet en négociation depuis un an et demi avec la ville pour racheter la partie centrale de l'île afin d'y installer son siège. Il devra construire un parking souterrain pour ses employés. "Cette contrainte juridique s'imposera à tout nouvel investisseur si jamais Vincent Bolloré venait à se retirer du projet", explique Jean-Louis Tourlière, président de Boulogne Environnement. 

26 ans après l'arrêt des chaînes de montage Renault, l'île devrait enfin pourvoir concilier sa vocation à la fois culturelle et tertiaire. En plus de la Seine musicale, ouverte en avril 2017, une fondation d’art contemporain, un multiplex de cinémas nouvelle génération et un hôtel 4 étoiles, projet du groupe Emerige, devraient commencer à sortir de terre sur la pointe amont de l'île au printemps prochain. Suivra ensuite la réalisation du projet Bolloré. 




 

A lire aussi

Procès des agresseurs des policiers à Viry Chatillon

Les + Lus